[DOSSIER] OGM

Image Tout sur la terre, l'espace, les océans, la nature sauvage, l'écologie et vos animaux : le règne animal et le règne végétal.
Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15
Contact :

[DOSSIER] OGM

Messagepar Opaline » ven. 08 juil. 05, 15:30

[align=center]Magasin des horreurs transgéniques

Liste des produits étiquetés comme contenant des OGM, trouvés à ce jour dans les rayons par les détectives OGM. Cette liste ne représente sans doute pas tous les produits étiquetés à l’heure actuelle dans les rayons des magasins français. Nous vous invitons à vérifier soigneusement le contenu des étiquettes pour nous signaler tout produit contenant des OGM qui ne se trouve pas dans cette liste.



Image[/align]




.

invité
Membre du comité de jumelage
Membre du comité de jumelage
Messages : 3179
Enregistré le : ven. 01 juil. 05, 18:06

Messagepar invité » ven. 08 juil. 05, 15:32

Grace à l'action des détectives, consultez la liste des produits qui ont été sortis des rayons.




!super!

Avatar de l’utilisateur
Danaelle
Membre du comité de jumelage
Membre du comité de jumelage
Messages : 4147
Enregistré le : lun. 06 juin 05, 11:38
Localisation : Belgique
Contact :

Messagepar Danaelle » ven. 08 juil. 05, 16:50

sans parler de ceux qui ne sont pas (encore ?) étiquetés comme tels

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15
Contact :

Dossier : OGM

Messagepar Opaline » dim. 10 juil. 05, 18:34

Des chercheurs alsaciens autorisés à cultiver des plants de vigne OGM


COLMAR (AFP) - 08/07/2005 10h27 - L'Institut national de la recherche agronomique (INRA) de Colmar (Haut-Rhin) va débuter en septembre la culture expérimentale de 70 plants de vigne génétiquement modifiés, dans le cadre de recherches contre une maladie de la vigne très destructrice, le court-noué, a-t-on appris vendredi auprès de son président Jean Masson.

"Nous avons obtenu cette semaine l'autorisation du ministre de l'Agriculture et nous commencerons en septembre cet essai qui doit durer quatre ans", a précisé M. Masson à l'AFP. Les 70 plants expérimentaux seront cultivés à proximité immédiate de l'INRA à Colmar, à environ 2 km des premières vignes, dans une terre provenant d'une parcelle atteinte de la maladie, mais qui sera isolée du sous-sol par une bâche.

L'essai ne vise "en aucune manière" à produire du vin OGM, assure le président de l'Institut de recherche. "Pour rassurer les opposants au projet, qui craignent la dissémination des OGM, et bien que ce ne soit en fait pas nécessaire, nous nous sommes engagés à détruire les fleurs dès qu'elles apparaîtront. Nous ne produirons donc ni raisin, ni vin, dans le cadre de cette expérience".

La Confédération paysanne, qui a été régulièrement consultée depuis deux ans sur les modalités de mise en oeuvre de l'expérience, a salué dans un communiqué la "transparence" de l'INRA, mais a rappelé son opposition au projet. Ces essais devraient avoir lieu "en milieu confiné et en tout état de cause à l'écart de tout vignoble", plaide le syndicat agricole.


Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15
Contact :

Messagepar Opaline » dim. 10 juil. 05, 18:36

Mise au point d'un maïs résistant aux OGM aux Etats-Unis

MINNEAPOLIS (AFP) - 07/07/2005 08h01 - Un agriculteur agronome américain a fait breveter le PuraMaize, une nouvelle variété de maïs qui permettra de faire pousser du maïs traditionnel et du maïs transgénique dans des champs côte à côte, sans risque de fécondation croisée.

Lorsque les producteurs américains de maïs ont commencé à planter des variétés transgéniques, Tom Hoegemeyer, agriculteur du Nebraska, n'avait pas été surpris de l'inquiétude suscitée en Europe et ailleurs par cette innovation.

Il savait que le pollen de plants transgéniques pouvait se déplacer d'un champ à l'autre et féconder des champs de maïs traditionnels.

Tom Hoegemeyer qui avait appris auprès de son grand-père comment sélectionner des semences de maïs dans les grandes plaines du Middle West, a alors choisi une ancienne variété de maïs originaire d'Amérique centrale.

Après avoir produit en climat tropical huit générations de cette variété pour en éliminer tout élément génétique extérieur, il a fini par mettre au point une variété rejetant systématiquement tous les pollens extérieurs sauf le sien.

Selon les experts, le Puramaize pourrait représenter un créneau commercial représentant 23 milliards de dollars. "Cela pourrait être une mine pour les exportations, affirme Rex Bernardo, un professeur d'agronomie de l'université du Minnesota. L'an dernier, 18% de la production américaine de maïs a été exportée vers le Japon, le Mexique et quelques autres pays.

Mais les agriculteurs américains ont vu les portes des marchés allemand, autrichien, français et grec se fermer aux variétés de maïs transgéniques. Et les consommateurs européens dans leur ensemble manifestent la plus grande méfiance devant les produits OGM, baptisés "Nourriture Frankenstein".

Récemment, les acheteurs japonais sont devenus à leur tour inquiets après la découverte d'un troisième navire céréalier américain transportant une variété transgénique non approuvée, une situation de plus en plus fréquente avec le développement des cultures OGM.

La contamination de variétés traditionnelles pourrait se ralentir avec la mise sur le marché du PuraMaize qui est actuellement à l'examen de l'agence de réglementation des produits alimentaires et pharmaceutiques (Food and Drug administration) et qui devrait faire ses débuts sur le marché américain en 2006.

"Au début, il sera disponible essentiellement au Nebraska", estime Tom Hoegemeyer, "mais lorsque d'autres compagnies spécialisées dans les semences acquerront des licences, je suis persuadé qu'il deviendra disponible un peu partout, y compris en Europe".

Les agriculteurs américains utilisent des techniques OGM pour quinze cultures allant du maïs au coton en passant par le soja. Selon un nouveau rapport du département de l'Agriculture, 52% des variétés de maïs poussant aux Etats-Unis sont des OGM et cette proportion atteint maintenant 87% pour le soja.

Le passage rapide à des cultures transgéniques complique la tâche des fabricants d'aliments pour trouver des produits agricoles traditionnels non contaminés par des OGM, affirment des représentants de ce secteur.

Toutefois, selon Tom Hoegemeyer, les essais menés montrent que la variété Puramaize pourrait réduire la contamination par les OGM et la ramener à un niveau acceptable.

"Le PuraMaize permettrait de garantir que le maïs destiné à la fabrication de féculents, de céréales de petit-déjeuner, de galettes taco et les autres produits à base de maïs, ne soit pas contaminé par des OGM. Et il permettrait aux céréaliers américains et aux exportateurs de reprendre des parts de marché dans les pays comme le Japon ou ceux de l'Union Européenne qui rejettent les OGM", ajoute-t-il.


Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15
Contact :

Messagepar Opaline » jeu. 04 août 05, 7:53

Trois essais OGM détruits en 24 heures clandestinement dans le Puy-de-Dôme

ISSOIRE (AFP) - 03/08/2005 18h49 - Trois parcelles de maïs OGM, exploitées dans le cadre de recherches médicales, ont été détruites en moins de 24 heures dans le Puy-de-Dôme, avec méthode et dans la clandestinité, entraînant un renforcement de la protection des essais restants, a-t-on appris mercredi auprès de la préfecture du Puy-de-Dôme.

Une plantation de maïs transgénique a été saccagée par des inconnus mardi après-midi à Neschers, quelques heures après la destruction de deux autres parcelles à Issoire et au Broc, dans la nuit de lundi à mardi, selon une source judiciaire.

Ces trois parcelles étaient exploitées par le laboratoire Meristem Therapeutics pour la production de lipase gastrique, destinée à tenter de soulager les patients atteints de mucoviscidose, et celle d'anticorps anticancéreux. Un autre essai de Meristem avait été détruit à Beaulieu (Puy-de-Dôme), dans la nuit du 18 au 19 juillet.

"Le dispositif de surveillance par les gendarmes a été renforcé, mais on ne peut pas assurer de risque zéro", a déclaré à l'AFP Jean-Luc Tronco, directeur de cabinet du préfet de la région Auvergne.

"Il reste huit parcelles à protéger, dans des endroits isolés: il est impossible de toutes les surveiller, en continu et sur le long terme", a-t-il poursuivi.

Une vingtaine d'hectares d'OGM, soit près de la moitié des essais menés en France en 2005, sont cultivés dans le Puy-de-Dôme, par Meristem Therapeutics et Biogemma, filiale du semencier auvergnat Limagrain. Les deux sociétés ont chargé des sociétés de gardiennage de surveiller leurs essais.

A chaque fois, les plants ont été piétinés, cassés ou pliés méthodiquement et les bordures de six rangs de maïs non OGM épargnées, dissimulant les dégâts. Au Broc, seuls les plants femelles ont été abimés, anéantissant l'essai, selon Meristem dont la direction ne pouvait être jointe mercredi.

Les trois premières destructions ont été revendiquées par le Collectif des Faucheurs volontaires, pour lequel "aucune justification scientifique ou thérapeutique ne permet la transformation des champs des paysans en paillasse de laboratoire". Le collectif, animé notamment par José Bové, revendique 5.000 adhérents.

"Il y a un changement de stratégie complet pour éviter tout affrontement avec les forces de l'ordre", a expliqué à l'AFP Chantal Gascuel, du comité de soutien "63 sans OGM" et "faucheuse volontaire". Plusieurs centaines d'opposants aux OGM avaient été repoussés par les forces de l'ordre, équipées de grenades et de matraques à Solomiac (Gers) en septembre 2004.

"Notre but est d'enlever les OGM de nos champs", souligne-t-elle, en défendant "le choix de faire quelque chose de spectaculaire et hors-la-loi pour attirer le regard de l'opinion publique, sachant que, dans un premier temps, cela passe pour du vandalisme".

"Les chercheurs en ont ras-le-bol et sont en colère", affirme de son côté Alain Toppan, responsable des essais en plein champ de Biogemma, regrettant qu'"une certaine impunité se soit établie".

Jean-Claude Guillon, directeur de la stratégie de Limagrain, qui assure l'encadrement technique des essais, dénonce "l'engrenage qui, de vandalisme en vandalisme, affaiblit gravement la recherche française" .

"José Bové serait-il au-dessus des lois ? Va-t-il continuer longtemps à appeler à des destructions sans que personne ne s'occupe de mettre un terme à ses appels répétés ?", s'interroge-t-il.


mpil
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2377
Enregistré le : dim. 03 juil. 05, 22:08

Messagepar mpil » jeu. 04 août 05, 8:40

il est quand même assez incroyable de voir la perséverence des chercheurs à vouloir faire pousser du maïs transgénique en France quand on sait ...

1/ que personne n'en veut !
2/ que le maïs est une plante inadaptée à nos régions, grosse consommatrice d'eau (74 litres par épi en moyenne !) alors que nous sommes en panne d'eau.

80% de l'eau consommée en France l'est par les agriculteurs !!!!!!

il serait peut-etre temps de faire pousser des plantes moins gourmandes en eau, vous ne croyez pas ?

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15
Contact :

Messagepar Opaline » jeu. 04 août 05, 8:46

Tout à fait d'accord.

Pour la consommation d'eau par le maïs, un chronicheur télé avançait le nombre de 500 litres d'eau par kilo !!!

Par ailleurs, ce qui est contestable ce sont les expériences de plein champ. Une parcelle d'OGM au milieu d'autres maïs "sains", c'est la contamination de tout le reste !

mpil
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2377
Enregistré le : dim. 03 juil. 05, 22:08

Messagepar mpil » jeu. 04 août 05, 8:47

74 litres par épi = environ 500 litres par kilo !

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15
Contact :

Messagepar Opaline » jeu. 04 août 05, 8:50

Sais pas combien pèse un épi... :silly:

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15
Contact :

Messagepar Opaline » mer. 24 août 05, 8:05

[align=center]Organismes œuvrant contre
la légalisation et le commerce des OGM

(Organismes Génétiquement Manipulés)


Image[/align]

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15
Contact :

Messagepar Opaline » lun. 12 sept. 05, 8:51

Un colza transgénique autorisé dans l'UE

NOUVELOBS.COM | 09.09.05 | 18:06

La Commission européenne autorise l'importation d'un colza génétiquement modifié produit par l'américain Monsanto. Une autorisation valable dix ans.


L a Commission européenne a autorisé mercredi 31 août l'importation dans l'UE d'un colza génétiquement modifié destiné à l'alimentation animale, produit par le géant américain des biotechnologies Monsanto, a-t-elle annoncé.
"L'utilisation du colza GT-73 est déjà très répandue en Amérique du Nord, et aucun effet néfaste sur la santé et sur l'environnement n'a été rapporté", a souligné l'exécutif européen dans un communiqué.
Les ministres de l'Environnement de l'UE n'avaient pas dégagé en décembre dernier de majorité suffisante pour approuver ou rejeter cette proposition d'autorisation, ce qui renvoie la décision finale sur la Commission selon la procédure.
L'autorisation, valable dix ans, porte sur l'importation et la transformation du produit pour l'alimentation animale, et ne concerne pas la culture de colza. Une huile raffinée produite à partir de ce colza pour l'alimentation humaine avait déjà été approuvée en 1997.

Tolérant à un herbicide

Le colza GT-73 a été modifié génétiquement par Monsanto afin d'être tolérant à l'herbicide glyphosate, également appelé "Roundup" et lui aussi développé par le groupe américain.


Il avait reçu un avis favorable de l'Autorité européenne de sécurité des aliments qui l'avait jugé "aussi sûr que les colzas traditionnels".
Le produit sera soumis aux "nouvelles règles rigoureuses en matière d'étiquetage et de traçabilité qui sont entrées en vigueur en avril 2004", rappelle Bruxelles. Lorsqu'il sera mis sur le marché, il devra être clairement étiqueté comme contenant du colza génétiquement modifié.
L'autorisation est en outre complétée par une recommandation adressée à Monsanto sur les mesures à prendre en cas de dissémination accidentelle.
Cette recommandation est jugée insuffisante par l'association écologiste Les Amis de la Terre qui accuse la Commission "d'ouvrir la voie à la contamination génétique".

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15
Contact :

Messagepar Opaline » mar. 20 sept. 05, 12:44

Toulouse : 9 élus et syndicalistes jugés

NOUVELOBS.COM | 20.09.05 | 10:12

La cour d'appel de Toulouse juge ce mardi neuf syndicalistes et politiques, dont José Bové et Noël Mamère, pour un fauchage d'OGM en 2004. Ils risquent jusqu'à cinq ans de prison.

L e procès de neuf personnes, dont de nombreuses personnalités comme José Bové ou le député Vert Noël Mamère, s'est ouvert mardi matin 20 septembre vers 9h15 devant la cour d'appel de Toulouse.
Les intéressés, qui souhaitaient être jugés avec plus de 200 autres prévenus volontaires, comparaissent seuls pour le fauchage d'une parcelle de maïs transgénique le 25 juillet 2004 à Menville (Haute-Garonne).
Tous encourent cinq ans de prison et 75.000 euros d'amende, sauf José Bové qui, en récidive légale, risque le double, soit dix ans d'emprisonnement et 150.000 euros d'amende.
Aux abords du palais de justice, étaient présentes une cinquantaine de personnes portant des masques de théâtre blancs et une pancarte autour du cou sur laquelle on pouvait lire: "je suis comparant volontaire mais pour la justice, je n'existe pas". D'autres arboraient des T-shirts au logo des "Faucheurs volontaires".

Lemaire, Onesta…

Ces personnes étaient rassemblées pour accompagner la venue des prévenus, parmi lesquels figurent également le secrétaire national des Verts Gilles Lemaire, le député européen Vert Gérard Onesta et le conseiller régional Vert d'Aquitaine Michel Daverat, les conseillers municipaux toulousains d'opposition François Simon et Pierre Labeyrie, ainsi que Jean-Baptiste Libouban, à l'origine du mouvement des Faucheurs volontaires.
Les neuf accusés sont entrés sous les applaudissements de l'assistance dans la salle d'audience. Le procès doit durer jusqu'à mercredi.

Avatar de l’utilisateur
Danaelle
Membre du comité de jumelage
Membre du comité de jumelage
Messages : 4147
Enregistré le : lun. 06 juin 05, 11:38
Localisation : Belgique
Contact :

Messagepar Danaelle » mar. 20 sept. 05, 14:28

Ils se f...ent vraiment du monde: comment peuvent-ils dire
Le produit sera soumis aux "nouvelles règles rigoureuses en matière d'étiquetage et de traçabilité qui sont entrées en vigueur en avril 2004", rappelle Bruxelles. Lorsqu'il sera mis sur le marché, il devra être clairement étiqueté comme contenant du colza génétiquement modifié.


Ce sera indiqué sur le steak acheté chez le boucher ou dans l'hyper du coin?

...quand à dire que les OGM n'ont aucun effet nefaste sur la santé, j'aimerais savoir ce qu'il considère comme un laps de temps d'études suffisant pour pouvoir faire de telles conclusions.


Ce qu'on n'oublie de dire, ou qu'on ne dit pas souvent, c'est que ces OGM sont stèriles, ne produisent donc pas de graines, et que les graines c'est Monsanto qui en détient l'exclusivité ..... ca ouvre des horizons je trouve !siffle!

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15
Contact :

Messagepar Opaline » sam. 19 nov. 05, 8:49

[align=center]Ces OGM existent déjà : La plupart ont échappé aux médias!

Image[/align]


Retourner vers « La cité des sciences et de la nature »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité