[DOSSIER] OGM

Image Tout sur la terre, l'espace, les océans, la nature sauvage, l'écologie et vos animaux : le règne animal et le règne végétal.
Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Message par Opaline » lun. 16 janv. 06, 10:34

[align=center]Les OGM

La modification génétique des fruits, légumes et céréales permet de produire plus, à moindre coût. Mais quel est l’impact de ces organismes génétiquement modifiés (OGM) dans l’alimentation et dans l’environnement ? Question on ne peut plus légitime devant les nombreuses divergences d’opinions sur le sujet. Afin de renseigner le grand public, le gouvernement du Québec, sur la recommandation du Conseil de la science et de la technologie, a mis en place ce site. Au travers d`une information qui se veut « fiable et validée », il rend compte de l’état actuel des connaissances générales et scientifiques sur les OGM : la conception, les processus d’approbation, les questions éthiques, les effets sur la santé et l’environnement, etc.


Image[/align]

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Message par Opaline » sam. 04 févr. 06, 8:55

Bruxelles va saisir la CEJ contre la France

NOUVELOBS.COM | 01.02.06 | 13:12

Le gouvernement tarde depuis 2002 à faire transposer une directive sur les OGM. La Cour de justice devrait, selon Les Echos, être saisie ce mercredi.

L e quotidien Les Echos croit savoir, mercredi 1er février, que la Commission européenne s'apprête à saisir la Cour européenne de justice (CEJ) à l'encontre de la France pour n'avoir toujours pas transposé une directive sur les organismes génétiquement modifiés.
Alors qu'elle aurait dû le faire depuis le 17 octobre 2002, et qu'elle a déjà été condamnée, l'été dernier, à 20 millions d'euros d'amende pour infraction aux règles de la pêche, la France déclenche, une nouvelle fois, les foudres de Bruxelles.
Le gouvernement se voit reprocher d'avoir manqué à faire transposer l'intégralité de la directive sur la dissémination des OGM dans l'environnement, en ne prévoyant pas, notamment, un plan d'urgence en cas de fuite de matériel en laboratoire de recherche.

Une mise en infraction et deux avertissements

L'Hexagone est considéré en infraction par la Cour de justice depuis juillet 2004. Et, malgré deux avertissements de la Commission, un an plus tard et en décembre dernier, le pays ne s'est pas conformé aux règles, contrairement à l'Allemagne.
"La condamnation (de Paris) apparaît donc très probable", estime le journal.

Réunis dans la journée, les commissaires européens risquent donc de proposer un montant d'amende ou d'astreinte à la Cour.
Le ministère de la Recherche français avait annoncé, le 18 janvier dernier, que le projet de loi sur les OGM serait présenté au Conseil des ministres le 8 février.

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Message par Opaline » mer. 22 févr. 06, 17:50

[align=center]OGM : entre terreur et espoir
Par Olivier FRIGOUT* [/align]


En quelques années, ce qui était vécu par les chercheurs comme un pas de géant vers la maîtrise de l'hérédité est devenu aux yeux du public un épouvantail écologique, objet d'un rejet global d'une technique peu expliquée et mal comprise. Cette défiance s'est emparée des pouvoirs publics, avec comme conséquence le ralentissement de la recherche française en ce domaine, la commercialisation de produits contenant ces fameux organismes génétiquement modifiés n'étant pas interrompue. Dangers réels ou supposés, le fait est que les firmes de production de semences ont pris un avantage certain dans la course au dépôt de brevet, ce qui n'est pas en soi une bonne nouvelle. Alors que le conseil des ministres devait adopter, mercredi dernier, un projet de loi qui encadre les cultures et les essais d'organismes génétiquement modifiés, un rappel sur ce que sont les OGM s'impose.



Du croisement des pois de Mendel aux céréales transgéniques de Monsanto.

Depuis que la vie est apparue sur Terre, un phénomène naturel, spontané ou induit, mais dans tous les cas lié au hasard, régule l'évolution des espèces : la mutation. Elle apporte une modification héréditaire au niveau d'un gène qui, si elle n'est pas létale, pourra être transmise aux générations suivantes. Ainsi, un individu va se distinguer parmi les siens, et peut-être gagner en performance.

Au fil du temps, des plantes ont pu ainsi développer des résistances à des virus ou à des insectes, ou réussir à s'adapter à un terrain hostile, trop froid, trop chaud, trop sec..., et conquérir de nouveaux territoires.

S'appuyant sur les qualités de certaines variétés, l'amélioration de nos plantes de culture s'est faite d'abord par croisement et sélection, pour améliorer le rendement, la qualité, la présentation. Puis on s'est intéressé à des gènes qui appartenaient à d'autres espèces, et que l'on ne pouvait transmettre par croisement. Pour franchir cette barrière, les OGM sont nés.

Les chercheurs se sont appuyés sur les progrès du génie génétique capable non seulement d'isoler un gène, de déterminer son rôle, mais aussi de l'insérer dans des structures comme les plasmides - qui sont des anneaux fermés d'ADN caractéristiques des bactéries ou des virus -bien plus résistantes. Ces protocoles de biologie moléculaire ont permis in fine de mettre au point plusieurs techniques reproductibles de transformation génétique d'une cellule : l'OGM était né.

Parmi ces techniques, deux approches fondamentalement opposées : la biolistique et les vecteurs bactériens. La première consistait à agglomérer des plasmides d'ADN portant le gène à insérer sur des billes d'or de 1 micron de diamètre, et de bombarder de ces billes des cellules à l'aide d'un canon dit canon à particules. Un certain nombre de cellules exprimaient le nouveau gène, mais peu en réalité conservaient cette expression. L'autre technique visait à utiliser le caractère infectieux d'une bactérie, agrobactérium. En effet, cette bactérie infecte les cellules végétales pour se multiplier. En remplaçant l'ADN bactérien par un plasmide contenant le gène à insérer, on disposait d'un vecteur précis et efficace. L'obtention d'OGM est maîtrisée aujourd'hui, tous les enjeux sont dans la sélection des gènes à insérer et les brevets qui y sont associés.


Des gènes plus ou moins pertinents et plus ou moins contrôlés.

Issu d'un végétal, d'une bactérie, voire d'une cellule animale, le gène sélectionné va « améliorer » la plante, en lui conférant un meilleur rendement, une tolérance aux stress abiotiques - sécheresse, salinité de l'eau - ou encore une résistance à ses prédateurs, virus, bactéries, insectes - par la sécrétion de toxines , ou bien la capacité de synthétiser une molécule intéressante pour l'alimentation humaine ou animale, comme une vitamine ou un antibiotique.

« L'amélioration » des plantes ne s'arrête pas là dans l'esprit des industriels.

Le mûrissement de la tomate, par exemple, a été étudié dans le but d'obtenir des tomates dont l'aspect resterait flatteur malgré un stockage un peu trop long. Pour contrôler l'expression du gène, on agit sur son promoteur - petite séquence codée située en amont du gène et qui régule son expression - pour la restreindre uniquement à une partie de la plante, la tige par exemple, ou seulement en réponse à une agression, ou encore à un moment donné de la vie du végétal. Mais l'expérience démontre combien l'expression d'un gène est plurifactorielle, laissant hors de notre portée sa maîtrise totale.

Hybridé, pour rendre instables les nouvelles qualités - les gènes qui les portent ne sont pas forcement dominants - l'OGM ne peut pas être utilisé après récolte pour réensemencer les champs. Ce choix, qui semble aller dans le sens de la protection de la biodiversité, reste néanmoins très profitable aux semenciers qui tiennent ainsi les agriculteurs, dans l'impossibilité de semer du grain de la récolte précédente.

Les procès, intentés et gagnés par le numéro un des semences dans le monde contre des céréaliers américains, montrent que même dépourvu de ses qualités particulières, un OGM reste un OGM. Ces fermiers, dont les stocks de semences classiques avaient été contaminés par quelques traces d'OGM, ont été reconnus coupables d'usage sans licence de semences brevetées, et ruinés.


Séparer le bon grain de l'ivraie.

Le premier danger, dénoncé par les écologistes, est de voir s'échapper dans la nature des gènes susceptibles de poser des problèmes.

Ce risque est à relativiser selon d'abord le gène transféré.

Lorsqu'il s'agit de compenser des carences alimentaires, avec par exemple le riz « doré » qui synthétise le bêta carotène, précurseur de la vitamine A, dont la carence est à l'origine de nombreuses cécités dans le Tiers-monde, les incidences sur la biodiversité peuvent être négligées. Mais la production de riz tolérant à certains herbicides que procure le gène Bar issu d'une autre bactérie, Streptomyces hygroscorpicus, le risque de voir cette tolérance propagée dans l'écosystème est d'une tout autre nature.

Il est ensuite à relativiser selon la plante qui l'exprime. Le colza ou encore le riz sont des végétaux au fort potentiel de croisement avec des espèces sauvages. Ils représentent donc un risque majeur. Or, ils font partie des OGM les plus récoltés. A l'inverse, le bananier ne produit de bananes comestibles que s'il est stérile. Cette stérilité garantit le confinement du gène. Mais il ne peut rien contre un autre danger, l'émergence de parasites (virus, bactéries, insectes...) résistants aux toxines que le végétal a appris à produire. C'est le cas avec le coton ou le riz OGM porteurs du gène codant pour la synthèse du Bt, une toxine produite par une bactérie, Bacillus thuringiensis, et qui tuent les insectes de la famille des pyrales. Seule parade, la création de zones tampon, vierges de coton ou riz Bt, permettant de « noyer » les insectes résistants dans une population sensible majoritaire.

Enfin, l'utilisation de gène exprimant des toxines représente un risque alimentaire pour les populations, mal quantifié. L'absence de toxines dans la partie comestible du végétal est difficilement maîtrisable, malgré les possibilités qu'offrent les promoteurs des gènes (cf. plus haut). A cette question de santé publique, les industriels répondent que le risque est moindre face aux quantités d'insecticides et fongicides qu'il faut utiliser pour un même résultat. Moindre mal ? L'avenir le dira.


L'Europe, dernier îlot de la lutte anti-OGM.

Le manque de recul et les incertitudes quant au fonctionnement parfait des promoteurs, la méconnaissance des cascades de régulation et, en particulier, des nouvelles interactions qui peuvent se produire dans l'OGM, n'ont pas empêché ce marché de se développer, notamment aux Etats-Unis, où il est désormais la norme.

Mais le danger immédiat vient de l'Est. En effet, la Chine a annoncé sa volonté de nourrir 1 milliard d'individus avec du riz transgénique à partir de 2006. Or, malgré des discours rassurants, il est à craindre qu'à l'instar du coton Bt, les riz OGM ne se propagent jusque dans les zones protégées, par le simple fait d'échanges de semences entre agriculteurs. Diffusion incontrôlée des semences, absence de zones tampons, manque de recul sur les conséquences d'ingestion de toxines par les consommateurs, la précipitation de la Chine, portée par la nouvelle économie des biotechnologies, risque fort de réduire à néant les mesures prises en Europe pour éviter une catastrophe écologique et sanitaire. Car le risque encouru pour la biodiversité n'a pas de frontières.

En retard d'une bataille, les laboratoires français sont définitivement hors-jeu. En France, la lutte contre les OGM s'est peut-être trompée d'adversaire. La recherche publique, dont des années de travaux ont été anéanties par des fauchages de champs expérimentaux et des destructions de serres, a été ralentie dans son effort au profit des pays sous-développés, alors que les grands semenciers ont profité de la situation pour s'installer dans une position de monopole.

La réflexion préalable qui aurait dû avoir lieu pour poser des garde-fous et nous conduire à nous déterminer quant à notre place dans notre environnement n'aura pas lieu.


Au fond, pouvait-il en être autrement ? Arrivés trop tôt dans nos assiettes, les OGM portent peut-être l'espoir de nourrir les 8 à 9 milliards d'êtres humains annoncés pour 2050, tout en inspirant un sentiment de terreur aux occidentaux qui commencent à prendre conscience de la nécessité de préserver la biodiversité. Sciences naturelles, sciences économiques et sciences politiques ne parlent décidément pas le même langage.



Olivier FRIGOUT
Scientifique de formation universitaire, plus particulièrement dans le domaine des sciences de la vie et des biotechnologies, il a exploré l’industrie, la recherche, l’action publique, avant de prendre une plume pour s’exprimer sur le monde.

Roman, presse, audiovisuel, web, tous les supports sont bons pour informer, alerter, et amorcer la réflexion des citoyens sur la nouvelle condition humaine. Il s'y emploie à son échelle.

Son site web

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Message par Opaline » jeu. 06 juil. 06, 11:33

OGM, liberté de la presse et dissuasion judiciaire.


Un nouveau pas a été franchi en ce mois de juin dans le combat anti-OGM.La police a mené une perquisition dans les locaux de France 3 Orléans le 24 juin, pour saisir les cassettes d’un reportage dont les commentaires mettaient en doute l’indépendance de magistrats.


Ces temps derniers, le Loiret semble cristalliser l’affrontement entre partisans et adversaires des OGM. En décembre 2005, le tribunal correctionnel d’Orléans relaxe en première instance 49 faucheurs volontaires d’OGM. Inacceptable. Le parquet fait appel. L’affaire est renvoyée devant la cour d’appel d’Orléans les 15 et 16 mai.


Les deux journées d’audience sont couvertes par la station régionale de France 3. Le journaliste en charge du reportage, Xavier Naizet, conclu ce dernier par des propos peu amènes pour la Cour : "... il paraît que dans le ministères à Paris, on s’intéresse de très prêt à l’arrêt qu’ils (ndlr : le président et les deux magistrats de la Cour) vont prendre et, ils ne seront peut être pas si seuls finalement ..."

Les termes suscitent le courroux des magistrats, notamment celui du premier président de la cour d’appel qui se drapant dans sa robe de toute sa dignité évoque "des propos haineux et venimeux". Mais l’affaire n’en reste pas là. Le procureur général près de la Cour est saisi. Ce dernier demande au rédacteur en chef de France 3 Centre la copie des bandes incriminées. Ce dernier refuse. Elles sont saisies au cours d’une perquisition. Par la suite, l’assemblée générale des magistrats du siège adresse aux média et au CSA une motion évoquant des commentaires malveillants et demandant que le droit à l’information s’exerce avec plus de rigueur.

Le 23 juin, le rédacteur en chef et son journaliste sont convoqués par la police qui les informe qu’ils sont poursuivis pour discrédit public jeté sur une procédure judiciaire. On ne sait pas encore si l’affaire sera classée sans suite par le procureur ou si, les deux journalistes seront déférés en correctionnelle.

Le sujet était-il trop sensible ? Peut être. Après un autre fauchage d’OGM dans le département, le 17 juin, trois autres journalistes, deux du quotidien la République du Centre, l’autre de France 3 ont été convoqués par la gendarmerie de Montargis et priés de livrer leurs sources et leurs images. Une fébrilité des bras de l’Etat à la hauteur des enjeux financiers que représentent les OGM.




Source

Avatar du membre
Danaelle
Membre du comité de jumelage
Membre du comité de jumelage
Messages : 4147
Enregistré le : lun. 06 juin 05, 11:38
Localisation : Belgique
Contact :

Message par Danaelle » jeu. 06 juil. 06, 13:23

Ca s'agite dans le panier de crabes ! :roll:

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Message par Opaline » jeu. 17 août 06, 10:13

Mosanto porte plainte contre les faucheurs d'OGM


Monsanto France, filiale du géant de l'agrochimie américaine, a annoncé mercredi porter plainte contre les «destructions inacceptables» des «Faucheurs volontaires». Cette action en justice, qui n’est pas la première du genre, fait suite à la destruction dans la nuit de dimanche à lundi de trois nouveaux essais de maïs génétiquement modifiés dans trois départements, l'un à Santilly (Eure-et-Loir), un autre à Villereau (Loiret), et le dernier à Sanry-sur-Nied (Moselle).

«Ces actes, menés par une poignée non représentative de récidivistes, anéantissent le travail d'équipes de chercheurs et d'agronomes et pourraient à court terme priver l'agriculture française de l'innovation dont elle a besoin», a estimé la firme dans un communiqué.

Sur les 32 militants placés en garde-à-vue à Orléans et à Pithiviers après les destructions du Loiret, 27 ont été relâchés lundi soir. Les autres, considérés comme récidivistes pour des actions remontant à 2004 et 2005, ont été mis en examen puis libérés mardi. Toutes les personnes arrêtées comparaîtront le 10 octobre devant le tribunal d'Orléans pour «destruction du bien d'autrui en réunion». Même la condamnation de Jean-Emile Sanchez, ancien porte-parole de la Confédération paysanne, en juin dernier, n'a pas refroidi les ardeurs des militants anti-OGM.

Pendant l'été, plusieurs champs de maïs transgéniques de Monsanto France ont été ravagés. Au 1er août, les faucheurs volontaires ou des anonymes avaient saccagé 14 parcelles sur les 35 autorisées par le ministère de l'agriculture cette année.




LIBERATION.FR


Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Message par Opaline » jeu. 17 août 06, 10:14

Hé bien voilà !
Le loup sort du bois !
:evil:

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Message par Opaline » jeu. 17 août 06, 10:48

Monsanto science de la vie ?

Les multinationales de l'agro-alimentaire osent parler des "sciences de la vie" pour justifier leur travail sur les OGM. Mais souvenons-nous que Monsanto a inventé l'Agent Orange qui a défolié le Vietnam il y a 40 ans... et fournit aujourd'hui du plyphosate à la Colombie pour défolier l'Amazonie colombienne, dans l'indifférence presque générale. Monsanto est aussi connue pour sa tentative avortée d'imposer les semences OGM "terminator", ainsi surnommées car rendues stériles, tout simplement pour obliger les paysans à en racheter chaque année, plutôt que d'utiliser comme semences une partie de la récolte de l'année passée. Cette grosse société n'est-elle pas un danger public pour la biodiversité et la liberté des peuples à consommer des aliments sains et naturels ? Jeudi 17 Août 2006 - 00:08

Cecile
Conseil Général
Conseil Général
Messages : 5769
Enregistré le : jeu. 19 mai 05, 8:28

Message par Cecile » jeu. 17 août 06, 12:03

ça y est ils ont piétinés la dernière parcelle en Beauce ce week-end !....y'en a plus par ici !.... !siffle!

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Message par Opaline » jeu. 17 août 06, 13:40

Cecile a écrit :ça y est ils ont piétinés la dernière parcelle en Beauce ce week-end !....y'en a plus par ici !.... !siffle!
C'est une bonne chose, encore faut-il que lex "expériences" n'aient pas déjà contaminé le reste des cultures :fou:

Avatar du membre
Danaelle
Membre du comité de jumelage
Membre du comité de jumelage
Messages : 4147
Enregistré le : lun. 06 juin 05, 11:38
Localisation : Belgique
Contact :

Message par Danaelle » ven. 18 août 06, 15:17

C'était l'an dernier.....vous en avez entendu parler vous? !siffle!
La firme suisseSyngenta à livrer par erreur des semence de mais Bt10 (GM) en lieu et place de Bt10 aux Etats-Unis. ( Ndlr: ce qui leur a valu une amende salée)
Les semences incriminées pourraient avoir été plantées aux Etats-Unis sur une surface estimée à 15.000 hectares, donnant une récolte correpondant à 0,01% de la moisson annuelle du maïs américain, selon le communiqué.

La firme note que les Etats-Unis exportent 18% de leur maïs. "Il est par conséquent possible que des graines de Bt10 aient pu être exportés mais ce serait de très faibles volumes".

Selon Bruxelles, un millier de tonnes de Bt10 destiné à l’alimentation animale et humaine sont rentrés dans l’UE à travers les canaux d’exportation du Bt11.

(Monde Solidaire)

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Les Français favorables à l'interdiction

Message par Opaline » sam. 16 sept. 06, 14:22

Les Français favorables à l'interdiction


Une écrasante majorité de Français se dit favorable à l'interdiction, définitive ou temporaire, des OGM.

Près de neuf Français sur dix (86%) est favorable à l'interdiction des OGM, qu'elle soit définitive (28%) ou temporaire, le temps d'évaluer l'impact des OGM sur la santé et l'environnement (58%), selon un sondage CSA-Greenpeace publié vendredi 15 septembre par Le Parisien/Aujourd'hui en France.
Après la découverte en France de la présence de riz américain contaminé aux OGM, les Français, traditionnellement réticents en la matière, se montrent plus que jamais méfiants.
Ils sont ainsi près de la moitié (45%) à penser que les OGM entrent "souvent" dans la fabrication des produits ou aliments qu'ils consomment; 38% estiment que c'est "rarement" le cas".
Les deux tiers des Français sont "plutôt inquiets" ou "très inquiets" à l'idée de manger des produits contenant des OGM. (AP)

Sondage CSA-Greepeace, réalisé par téléphone les 13 et 14septembre auprès d'un échantillon représentatif national représentatif de 950 personnes âgées de 18 ans et plus, par la méthode des quotas.






NOUVELOBS

Avatar du membre
Gabé-nelly
Conseil Régional
Conseil Régional
Messages : 13479
Enregistré le : mer. 01 juin 05, 8:40
Localisation : SUD

Re: Les Français favorables à l'interdiction

Message par Gabé-nelly » sam. 16 sept. 06, 14:28

Opaline a écrit :Les Français favorables à l'interdiction


Une écrasante majorité de Français se dit favorable à l'interdiction, définitive ou temporaire, des OGM.

Près de neuf Français sur dix (86%) est favorable à l'interdiction des OGM, qu'elle soit définitive (28%) ou temporaire, le temps d'évaluer l'impact des OGM sur la santé et l'environnement (58%), selon un sondage CSA-Greenpeace publié vendredi 15 septembre par Le Parisien/Aujourd'hui en France.
Après la découverte en France de la présence de riz américain contaminé aux OGM, les Français, traditionnellement réticents en la matière, se montrent plus que jamais méfiants.
Ils sont ainsi près de la moitié (45%) à penser que les OGM entrent "souvent" dans la fabrication des produits ou aliments qu'ils consomment; 38% estiment que c'est "rarement" le cas".
Les deux tiers des Français sont "plutôt inquiets" ou "très inquiets" à l'idée de manger des produits contenant des OGM. (AP)

Sondage CSA-Greepeace, réalisé par téléphone les 13 et 14septembre auprès d'un échantillon représentatif national représentatif de 950 personnes âgées de 18 ans et plus, par la méthode des quotas.






NOUVELOBS
que vient faire du riz américain sur notre pays ....grand producteur de riz (Camarguais )?la honte !
On est assez con pour en acheter ?
Image
".. étanche, sans vanité, passionné par ce qu’il faisait, intelligent, compétent…Le temps vous aide à voir mieux qu’il y a parfois plus de gloire à perdre avec Tabarly qu’à gagner avec les autres.ODK"

Avatar du membre
Lorelei
Administration
Administration
Messages : 82110
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 11:50
Contact :

Message par Lorelei » lun. 25 sept. 06, 17:23

[align=center]
inf'OGM

Site de veille citoyenne sur les OGM


Image
[/align]
"On reconnait le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite les animaux" Gandhi

Image

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Message par Opaline » dim. 01 oct. 06, 12:06

L'OMC juge sur la forme la querelle des OGM
Après plus de trois ans, le rapport sur le moratoire de l'Europe ménage la chèvre et le chou.

L'Organisation mondiale du commerce (OMC) a enfin rendu son verdict sur le conflit le plus sensible de son histoire. Celui qui oppose les Etats-Unis ­ et le Canada et l'Argentine ­ au moratoire imposé de 1998 à 2004 par l'Union européenne sur les importations OGM. Pas moins de 1 050 pages (un record), quarante mois de boulot, pour, à l'arrivée, une décision qui ressemble à un jugement de Salomon. Histoire de tenter de préserver un crédit bien entamé par l'échec des négociations de Doha sur le développement et de ne pas s'attirer les foudres d'une opinion publique européenne très remontée contre les biotechs ? Pas sûr que la décision y parvienne...

Certes, le verdict du gendarme commercial ne tranche pas sur la nocivité ou l'innocuité des OGM. Il se borne à constater que l'UE a imposé un gel des importations des OGM et qu'il n'y a pas lieu de condamner puisque la mesure est levée (dix nouveaux OGM ont été introduits depuis deux ans). L'Organisme de règlement des différents (ORD, panel des juges) condamne en revanche l'interdiction de neuf OGM prise par six pays de l'UE, dont la France. Motif : ces clauses de sauvegarde seraient en contradiction avec les normes sanitaires et phytosanitaires. «L'OMC a jugé en faveur de décisions fondées sur la science» , pavoise Washington.

En fait, elle n'a jugé que sur la forme. Pas sur le fond. Le jugement n'infirme pas la nouvelle législation contraignante de l'UE en matière d'OGM, même si elle épingle ses «délais indus» de mise en place. «Elle prend en compte les exigences du protocole de Carthagène sur la biosécurité» , explique Bruxelles. Pas explicitement. C'est d'ailleurs ce que dénoncent les ONG. «S'il y a bien une chose que l'OMC vient de prouver, c'est qu'elle est inapte à trancher dans des dossiers où s'imbriquent environnement, agriculture, santé, mode de vie» , confie Adrian Bebb, de Friends of the Earth, qui plaide pour un arbitrage de la Cour internationale de justice. La publication du rapport ouvre le délai légal de soixante jours pour se pourvoir en appel.




Par Christian LOSSON
Libération

Répondre

Retourner vers « La maison de la culture, de la nature, du tourisme et des loisirs »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités