"Voyage au-delà du corps" - William Buhlman

Image Partageons sur les livres, les auteurs littéraires, les poètes, les philosophes, etc.
Avatar du membre
Serge
En camping
En camping
Messages : 42
Enregistré le : sam. 02 mars 13, 9:53
Localisation : Châteaurenard
Contact :

Re: "Voyage au-delà du corps" - William Buhlman

Message par Serge » lun. 04 mars 13, 15:51

Je ne sais pas s'il est de bon ton de "déterrer" d'anciens posts sur ce forum (sur le mien, c'est hautement conseillé !) mais il m'a semblé intéressant d'y revenir.
Pour ma part, j'ai aussi essayé de sortir de mon corps, plus jeune, et j'ai réussi au bout d'une quinzaine de jours, environ.
Il faut dire que quand j'ai quelque chose dans la tête, je ne l'ai pas au... Enfin, vous savez ^^

Je me souviens que ce qui m'a le plus étonné, dès la première sortie, c'est de constater que j'avais un corps.
Je parle, bien évidemment, d'un corps énergétique ou "psychique" (terme usuel plus précis)

D'ailleurs, les sensations juste avant le "décollage" sont si intenses et vivantes que j'ai pensé, sur le moment, faire de la lévitation avec mon corps de chair et non de la sortie de corps !

J'ai vite remarqué aussi que si je désirais me "stabiliser", j'avais tout intérêt à calmer mon esprit et à surveiller mes pensées ! En effet, si plus de chair, plus de muscles et si plus de muscles, comment on fait pour "bouger", se diriger, marcher, etc ? Réponse : avec la pensée, mon colonel !

Les autres sorties (Au total, pas plus d'une douzaine, environ) m'ont appris qu'il est très difficile de demeurer stoïque lorsqu'on sort de son corps comme une balle de fusil et que l'on voit le mur de sa chambre nous venir dessus à 200 km/h !
La première fois, j'ai eu cette pensée hautement mystique :

"Ah, ben voilà, je vais me manger le mur !"

Évidemment, le léger raidissement consécutif à cette vision un brin stressante pour un débutant, m'a fait revenir dans mon corps en quatrième vitesse ^^

Je me souviens, également, avoir été étonné de constater notre façon de "voir" en dédoublement : on ne voit plus avec les yeux mais avec la surface entière du "corps psychique"
Ce genre de perception (plus exact que "vision") permet quasiment de "voir" à 360 degrés.

Enfin, l'avant dernière fois où je suis "sorti", une personne est venue me chercher : j'ai senti une tête se poser affectueusement et par deux fois sur ma poitrine, en un geste qui est assurément celui d'une femme aimante mais respectueuse de notre intimité (pas une compagne sensuelle, donc)

Aussitôt après, je suis sorti en étant persuadé que c'était cette "femme" qui m'avait aidé à le faire sans perdre de temps.
Et voulez-vous une anecdote qui n'est pas vraiment "en mon honneur" et qui a fait se "poiler" des générations d'amis, ensuite ? La voici :

Lors de cette avant-dernière sortie, juste après le "contact féminin chaleureux", je me vois donc sortir de mon corps, allongé et les pieds en avant, dans un axe très précis. J'ai su instantanément que cet angle de direction (à 10h30, sur la gauche) correspondait à l'endroit où je trouvait mon mentor (la femme venue me chercher)

Mais voici que je réalise, brusquement, que mes pieds se dirigent en direction de la chambre de mes parents et que, de ce fait, je vais traverser la cloison et me retrouver pile au-dessus de leur lit ^^
Une idée me vient alors, s'imposant à mon esprit et repoussant toute autre considérations :

"Roh la la ! Je vais réveiller mon père et il va me pourrir en me disant d'arrêter mes con... d'ésotérisme à la noix !"

Du coup, pressentant les problèmes pour mes fesses, me voila en train de revenir précipitamment dans mon corps en espérant n'avoir réveillé personne ! (lol)

Il faut dire que, chaque fois que je suis sorti, j'ai plus eu l'impression de flotter dans mon corps de chair que de sortir d'un corps de chair, tant les sensations étaient nettes, fortes et le sentiment de flotter puissant.
A croire que le fait de léviter me paraissait plus logique ou probable que celui de me dédoubler...
Voilà pour la petite histoire, le premier qui se moque, je boude !
:mrgreen:

--
La seule chose qui rend une chose possible est que vous acceptiez qu'elle le soit.

Avatar du membre
Lorelei
Administration
Administration
Messages : 84730
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 11:50
Contact :

Re: "Voyage au-delà du corps" - William Buhlman

Message par Lorelei » mar. 05 mars 13, 20:17

Personnellement, je ne vois pas l'intérêt des voyages astraux, à part le côté spectaculaire qui ne dure pas si longtemps en fait...
"On reconnait le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite les animaux" Gandhi

Avatar du membre
Serge
En camping
En camping
Messages : 42
Enregistré le : sam. 02 mars 13, 9:53
Localisation : Châteaurenard
Contact :

Re: "Voyage au-delà du corps" - William Buhlman

Message par Serge » mer. 06 mars 13, 0:02

Lorelei a écrit :Personnellement, je ne vois pas l'intérêt des voyages astraux, à part le côté spectaculaire qui ne dure pas si longtemps en fait...
Il existe pourtant un intérêt même si, en effet, peu de personnes pensent à l'évoquer.
Comme nous le savons, il n'existe pas d'expérience humaine vivante et directe qui ne laisse de traces sur notre âme.
Ce que nous vivons et notre manière d'y réagir façonnent notre personnalité, cela plus surement que ne sauraient le faire l'éducation et l'enseignement scolaire.
Il est impossible de vivre une expérience marquante et demeurer comme nous étions, quelques instants avant.

Il n'est pas utile de sortir de son corps toutes les trente secondes car, dans ce cas, mieux valait pour nous de ne pas nous incarner et de demeurer ainsi en perpétuel dédoublement ! (lol)
Toutefois, le fait de "sortir" ne serait que deux ou trois fois dans une vie, transforme définitivement un être sensible et conscient (et pas trop borné non plus)

C'est en même temps le moyen de passer de la simple foi (croyance gratuite et confiante) à la connaissance vivante et conscience, c'est à dire l'expérience directe.
En effet, on est ensuite en droit de supposer, après ce genre d'expérience illuminante, qu'il existe bien un corps qui n'est pas physique qui "double" notre corps de chair et qu'il est donc plus que probable que c'est dans cet état de décorporation que nous demeurons avant la vie terrestre et après la "mort" (perte de la connexion physique) pour ceux qui y croient.
(Les autres, allez boire un café et revenez à la fin de mes divagations)

On pourrait même parler d'une expérience transcendante qui, si elle est correctement vécue, peut rendre plus confiant, plus philosophe et plus enclin à aimer la vie et ses richesses sans limites.
J'oserais comparer la sortie de corps occasionnelle (ou deux ou trois fois dans une même vie) à cette expérience qui consiste à "tomber amoureux" ! Difficile d'en parler, n'est-ce pas ? Et pourtant, quelle expérience marquante s'il en est !

Les effets psychologiques et spirituels de la sortie de corps occasionnelle, sont aussi difficile à partager, par le biais des mots, que cette expérience transcendante de l'amour.
Tous les enfants devraient pouvoir quitter leur corps au moins une fois ou deux avant d'atteindre l'âge adulte.

Cela aurait des effets salvateurs sur certaines glandes comme l’épiphyse et le Thymus qui, comme vous le savez sans doute, régressent en taille ou en activité chimique après la période de l'enfance (entre 5 et 7 ans, en fait)
L'activité de ces deux glandes est très importante en spiritualité.
En fait, nul ne peut vraiment se sentir "branché" ou relié au Tout qui n'a pas au moins une de ces deux glandes dont les fonctions sont actives et équilibrés.

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il existe tant d'exercices psychiques et mentaux dont le seul but et de stimuler (ou d'activer) le fonctionnement de ces deux glandes endocrines.
A noter et pour en terminer avec le sujet, que sortir de son corps revient en fait à prendre du recul par rapport à cet état d'esprit général avec lequel nous "faisons corps"

En effet, s'identifier à ce que nous pensons revient à "faire corps" avec nos processus mentaux.
Pour le réaliser et nous en "sortir", il est indispensable de pouvoir prendre un peu de recul avec ce même "corps de pensées"
Et quel meilleur moyen que la sortie de corps pour enfin y parvenir ?
N'est-ce pas magnifique d'entendre ou de lire cela ? Y aviez-vous déjà songé ?

Bon, je vais m'arrêter là afin de ne pas lasser ceux qui auront le courage et la bonté de me lire jusqu'au bout.
C'est ça, être passionné, on ne sait pas s'arrêter quand la Flamme s'allume dans notre Calice...
:shame2:
Cordialement.
--
La seule chose qui rend une chose possible est que vous acceptiez qu'elle le soit.

Avatar du membre
mimi1607
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2266
Enregistré le : lun. 19 janv. 09, 13:55
Localisation : bruxelles

Re: "Voyage au-delà du corps" - William Buhlman

Message par mimi1607 » mer. 06 mars 13, 1:38

Après votre voyage astral comment vous vous sentez physiquement et mentalement c'est de la méditation c'est cela je fais de la méditation bouddhiste je n'arrive pas encore a m' élevé quant j'étais au japon avec mon mari j'ai vu un moine s’élever il était comme en apesanteur c'était incroyable je ne possède pas de photo car c'est interdit :shock: :shock:
" Va prendre tes leçons dans la nature, c'est là qu'est notre futur "
Léonard de Vinci

Avatar du membre
Serge
En camping
En camping
Messages : 42
Enregistré le : sam. 02 mars 13, 9:53
Localisation : Châteaurenard
Contact :

Re: "Voyage au-delà du corps" - William Buhlman

Message par Serge » ven. 08 mars 13, 0:24

Hello, mimi1607 :grin:

En fait, je n'ai fait qu'une douzaine de sorties car, je dois l'avouer humblement, je n'apprécie guère la vitesse, la hauteur et encore moins le fait de me sentir flotter voire balloté en tous sens. Ce qui arrive au début du moins.
Ce qui m'a le plus étonné, la première fois, ce n'est pas la sortie en elle-même car j’étais persuadé d'y arriver, mais les sensations "physiques" très fortes perçues alors.
J'ignorais que l'on puisse sentir ainsi des effets sur notre corps de chair, pourtant provisoirement "abandonné" comme si c'était avec lui que l'expérience se déroulait.

Dans mon corps physique et en temps ordinaire, je crains la vitesse, la hauteur, etc.
Je suis mal en bateau, en hélicoptère, en avion et j'ai assez peur de me retrouver en hauteur.
Comme mes sorties se déroulaient parfois comme si j'étais une balle de fusil tirée contre les murs de ma chambre, j'en suis arrivé à ne retenir, de ces expériences pourtant enrichissantes, que la partie la plus désagréable liée au déplacement, à la vitesse et aux hauteurs parfois vertigineuses.
Mais je dois dire que je ne regrette pas d'avoir vécu ces choses car, comme indiqué par ailleurs, elles ne laissent personne indifférent et ouvrent l'esprit mieux que ne sauraient le faire d'autres expériences de nature psychique.

Par la suite, j'ai volontiers troqué le dédoublement contre l'extension de conscience, tout aussi enrichissante et illuminante mais Ô, combien moins... Mouvementée ! (lol)
J'étais jeune, je voulais expérimenter, je l'ai donc fait mais, depuis, je ne "sors" plus et préfère, par exemple, méditer.

Bien que cela puisse choquer certains lorsqu'ils m'entendent parler de ce que je vais dire ici, avec cet aplomb et cette naïve simplicité propre à l'enfance, j'ai eu la chance, en plus de trente années de pratique, de pouvoir expérimenter presque toutes les facultés psychiques référencées et même quelques autres, beaucoup moins connues.
Raison pour laquelle je parle de ces choses avec ce ton aussi décontracté que affirmatif qui peut choquer -et choque d'ailleurs souvent- ceux qui manquent encore un peu de confiance en eux.

Or donc, je connais également ce qui concerne la lévitation puisque j'ai étudié les méthodes qui servent à annuler, provisoirement, l'effet du principe de polarité qui contrôle l'attraction et la répulsion au niveau des cellules du corps humain (base même de la lévitation)

Mais là encore, à peine l'expérience commençait-elle à "marcher" que je me suis arrêté : les sensations de flottement, d'instabilité, etc ne m'étant que TRÈS peu agréables, j'ai préféré stopper et ne plus essayer par la suite.
Après tout, mon but était de vérifier si ça marchait vraiment, pas de me prendre pour superman ! (lol)

Mon avis est que les expériences purement psychiques ne doivent pas devenir une fin en soi mais un moyen pratique (et ponctuel) de faire soi-même la démonstration des lois et principes et présence (concernées par)
En effet, tout phénomène dépend de lois et des principes régissant le fonctionnement de l'esprit.
Si on sait quoi faire et comment le faire, alors on peut le faire !
Sauf si on doute ou que l'on se remet sans cesse en question.

Raison pour laquelle les Maîtres du passé conseillaient de suivre une formation psychologique de base AVANT de se lancer, corps et âme dans une recherche spirituelle pouvant tout autant déphasé l'être plus encore que l'équilibrer s'il ne l'était pas préalablement (et rares sont ceux qui naissent équilibrés, n'est-ce pas)

En trente huit ans de pratique, j'ai vue tant de personnes partir en... Biberine (lol) à force de faire tout, n'importe quoi et n'importe comment en matière d'ésotérisme expérimental (les pratiques, donc) que j'en suis arrivé à la conclusion que les gens avaient plus besoin de réapprendre à "se bien vivre" eux-mêmes et "en l'état" que d'apprendre à se rajouter du savoir et des pouvoirs dont ils ne sauraient que faire, au mieux ou dont-ils se serviraient pour se faire un peu plus de mal, au pire.

Ce qu'ignorent pas mal d'étudiants "pressés" de l'ésotérisme, c'est que TOUS les Maîtres du passé, connus ou moins connus, de la Grande Fraternité Blanche, sont passés par une très vieille école dont l'enseignement remonte à au moins six mille ans.
Cette école, de caractère purement psychologique (étude de l'âme et du comportement), avait pour but soit de permettre aux chercheurs de vérités spirituelles de bien vivre cette recherche, soit, pour les plus débutants, de se préparer correctement aux inévitables tensions psychologiques et nerveuses qu'entraîne nécessairement ce genre d'étude.

Pour mémoire, le but originel était non pas d'apprendre plein de choses mais de se connaître soi-même.
Et, je puis ici vous l'affirmer, il n'existe pas d'étude plus redoutable que celle qui consiste à s'étudier soi-même, à se regarder en face puis à apprendre à s'aimer. A s'aimer "en l'état" !
Car nul ne peut aller de l'avant qui n'a pas, au préalable, accepté de vérifier honnêtement où il en était.
Accepter qui nous sommes "pour le moment" puis progresser ensuite, voilà la bonne manière d'avancer.

Bien à toi.

--
La seule chose qui rend une chose possible est que vous acceptiez qu'elle le soit.

Répondre

Retourner vers « Le café des lettres et de la philo »