"Découverte du crâne de la marquise de Sévigné"

Image Partageons sur les livres, les auteurs littéraires, les poètes, les philosophes, etc.
Répondre
Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Message par Opaline » jeu. 19 mai 05, 19:29

Découverte du crâne de la marquise de Sévigné




ImageLYON (AFP) - mercredi 18 mai 2005, 18h37 - Un crâne, mis au jour à l'occasion de travaux de restauration de la collégiale de Grignan (Drôme), a été identifié comme étant celui de la marquise de Sévigné, ce qui met fin à une vieille énigme historique.

Madame de Sévigné, symbole de l'art épistolaire français, qui fut la mère de la comtesse de Grignan, a été inhumée le 17 avril 1696 dans le caveau seigneurial, où un crâne scié a été mis au jour, vendredi dernier, parmi d'autres restes, a expliqué le maire de Grignan, Bruno Durieux.

Cette découverte "confirme de manière indubitable" la thèse selon laquelle, en 1793, les révolutionnaires, à la recherche de plomb pour les armées, ouvrant les cercueils des aristocrates, avaient découvert les restes de Mme de Sévigné et en avaient fait scier le crâne, pour le faire expertiser par un grand spécialiste, a poursuivi M. Durieux.

Selon cette thèse, la partie inférieure du crâne avait ensuite été renfermée, "dans le plus grand respect", dans le cercueil, a-t-il ajouté.

La semaine dernière, la mairie de Grignan, à l'occasion de la restauration complète de la collégiale Saint-Sauveur, a fait procéder à l'ouverture du caveau de la famille de Grignan. Des prises de vue et des mesures précises ont été réalisées et le caveau a été refermé, une fois les services archéologiques de la direction des affaires culturelles (DRAC) de Lyon informés.

"Un point de l'histoire des événements révolutionnaires à Grignan, qui a longtemps fait l'objet de relations divergentes, est aujourd'hui incontestablement et définitivement éclairci", selon la mairie.

Selon une seconde thèse, le crâne de Mme de Sévigné aurait été sauvé de la profanation des révolutionnaires par un prêtre réfractaire qui l'aurait mis à l'abri dans un couvent de Nancy. Or, des analyses ADN réalisées sur ce crâne ont établi que celui-ci n'était pas celui de l'écrivain.

Invitée3
Membre du comité de jumelage
Membre du comité de jumelage
Messages : 4148
Enregistré le : sam. 21 mai 05, 23:35

Message par Invitée3 » mar. 24 mai 05, 23:08

opaline a écrit:
Découverte du crâne de la marquise de Sévigné




ImageLYON (AFP) - mercredi 18 mai 2005, 18h37 - Un crâne, mis au jour à l'occasion de travaux de restauration de la collégiale de Grignan (Drôme), a été identifié comme étant celui de la marquise de Sévigné, ce qui met fin à une vieille énigme historique.

Madame de Sévigné, symbole de l'art épistolaire français, qui fut la mère de la comtesse de Grignan, a été inhumée le 17 avril 1696 dans le caveau seigneurial, où un crâne scié a été mis au jour, vendredi dernier, parmi d'autres restes, a expliqué le maire de Grignan, Bruno Durieux.

Cette découverte "confirme de manière indubitable" la thèse selon laquelle, en 1793, les révolutionnaires, à la recherche de plomb pour les armées, ouvrant les cercueils des aristocrates, avaient découvert les restes de Mme de Sévigné et en avaient fait scier le crâne, pour le faire expertiser par un grand spécialiste, a poursuivi M. Durieux.

Selon cette thèse, la partie inférieure du crâne avait ensuite été renfermée, "dans le plus grand respect", dans le cercueil, a-t-il ajouté.

La semaine dernière, la mairie de Grignan, à l'occasion de la restauration complète de la collégiale Saint-Sauveur, a fait procéder à l'ouverture du caveau de la famille de Grignan. Des prises de vue et des mesures précises ont été réalisées et le caveau a été refermé, une fois les services archéologiques de la direction des affaires culturelles (DRAC) de Lyon informés.

"Un point de l'histoire des événements révolutionnaires à Grignan, qui a longtemps fait l'objet de relations divergentes, est aujourd'hui incontestablement et définitivement éclairci", selon la mairie.

Selon une seconde thèse, le crâne de Mme de Sévigné aurait été sauvé de la profanation des révolutionnaires par un prêtre réfractaire qui l'aurait mis à l'abri dans un couvent de Nancy. Or, des analyses ADN réalisées sur ce crâne ont établi que celui-ci n'était pas celui de l'écrivain.

damned ! extraordinaire de voyager comme cela après sa mort !! C'est la :fete: !

Répondre

Retourner vers « Le café des lettres et de la philo »