Hommage à Elisabeth Kubler-Ross

Image Partageons sur les livres, les auteurs littéraires, les poètes, les philosophes, etc.
Répondre
Avatar du membre
Lorelei
Administration
Administration
Messages : 84730
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 11:50
Contact :

Hommage à Elisabeth Kubler-Ross

Message par Lorelei » ven. 13 mars 09, 18:34

Hommage à Elisabeth Kubler-Ross

Le mardi 2 août 2004, à l’âge de 78 ans, entourée par ses enfants à son domicile de Scottsdale en Arizona aux USA, Elisabeth Kubler-Ross a rencontré la mort au terme d’une vie remarquable à bien des égards.

Ce médecin américain, d’origine suisse, psychanalyste et professeur de psychiatrie, a eu une influence déterminante pour promouvoir ce qui allait devenir l’accompagnement en fin de vie. C’est dans les années 1960 à Chicago qu’au milieu de l’indifférence et de l’hostilité de ses collègues hospitaliers, elle se consacre courageusement aux malades en train de mourir. Ses observations méthodiques, patientes et sans préjugé la persuadent que la mort peut être approchée et apprivoisée plutôt que niée et que cette approche est déterminante pour la qualité de vie des personnes, en train de mourir.Elle individualise plusieurs étapes schématiques qui font cheminer la personne jusqu’alors en bonne santé vers la mort : négation, colère, marchandage, dépression, acceptation. En 1969 elle tire de cette expérience un ouvrage devenu classique : « On death and dying » (Les derniers instants de la vie), puis poursuit ses recherches et déploie de considérables efforts pédagogiques pour diffuser ses idées dans le monde entier, contribuant à réduire l’isolement des patients en fin de vie.

Atteinte dans sa santé à la suite d’accidents vasculaires cérébraux, elle aura fait face à son exceptionnel destin avec force et humour. Auteur prolifique, elle nous laisse en héritage plusieurs ouvrages et une autre vision du monde.


Elle individualise plusieurs étapes schématiques qui font cheminer la personne jusqu’alors en bonne santé vers la mort :
- négation,
- colère,
- marchandage,
- dépression,
- acceptation.


Ces étapes sont identifiées dans la nature humaine, et vécues successivement lorsque que l'on est amené à vivre une épreuve dans sa vie, même quand il ne s'agit pas de l'épreuve ultime de la mort.

Elisabeth Kubler-Ross envisageait sa propre mort avec sérénité.
"Mourir, c’est comme si on partait bientôt en vacances. Je me réjouis".

Pour en savoir plus





"On reconnait le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite les animaux" Gandhi

Pépette
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2072
Enregistré le : dim. 29 oct. 06, 10:41

Re: Hommage à Elisabeth Kubler-Ross

Message par Pépette » ven. 13 mars 09, 18:56

Lorelei a écrit :
Elisabeth Kubler-Ross envisageait sa propre mort avec sérénité.

"Mourir, c’est comme si on partait bientôt en vacances. Je me réjouis".

:ticoeil: c'est une façon de voir les choses :malade: ImageImage
ImageImage

Avatar du membre
Lorelei
Administration
Administration
Messages : 84730
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 11:50
Contact :

Re: Hommage à Elisabeth Kubler-Ross

Message par Lorelei » mar. 19 févr. 13, 0:44

je remonte le sujet pour Mimi :grin:
"On reconnait le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite les animaux" Gandhi

Avatar du membre
mimi1607
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2266
Enregistré le : lun. 19 janv. 09, 13:55
Localisation : bruxelles

Re: Hommage à Elisabeth Kubler-Ross

Message par mimi1607 » mer. 20 févr. 13, 0:19

Merci je ne l'avais pas trouver :tiptop: :kiss:
" Va prendre tes leçons dans la nature, c'est là qu'est notre futur "
Léonard de Vinci

Avatar du membre
Diane
Conseil Général
Conseil Général
Messages : 5563
Enregistré le : sam. 20 avr. 13, 12:22

Re: Hommage à Elisabeth Kubler-Ross

Message par Diane » sam. 20 avr. 13, 22:45

Il fut un temps où elle m'a aidé à traverser la mort d'êtres chers, j'étais en panique.
Maintenant je traverse toute seule toujours en panique. Même la mort de mes animaux me rend malade.

J'ai tant d'amis qui sont décédés avec plein de ces foutus crabes et encore dernièrement. On a tous brûlé la chandelle par les deux bouts, ça se paie j'imagine les excès que ns avons fait...

Bref elle a tout mon respect même si je ne l'ai pas lue depuis au moins 28 ans. :coeur5:
"On n'a pas un coeur pour les humains Et un coeur pour les animaux. On a un coeur, ou on n'en a pas!" Alphonse de Lamartine

Répondre

Retourner vers « Le café des lettres et de la philo »