23 ème Marché de la Poésie

Image Partageons sur les livres, les auteurs littéraires, les poètes, les philosophes, etc.
Répondre
Invitée3
Membre du comité de jumelage
Membre du comité de jumelage
Messages : 4148
Enregistré le : sam. 21 mai 05, 23:35

23 ème Marché de la Poésie

Message par Invitée3 » ven. 10 juin 05, 21:03

Image

L’an dernier,dans un communiqué, l'association Circé, qui organise à Paris le Marché de la poésie, alertait sur les menaces qui pesaient sur cette manifestation :

« Malgré le succès incontestable d'une manifestation internationale unique en son genre, qui rassemble près de cinq cents éditeurs de poésie et de création littéraire, et un public de plus en plus nombreux (près de 50 000 visiteurs sur quatre jours), le 22e Marché de la poésie qui se tiendra du 24 au 27 juin 2004, place Saint-Sulpice à Paris (VIe), pourrait bien devenir le dernier. En effet, le succès de cet événement implique un financement que ses animateurs ne peuvent plus assumer. Sur un budget de 130 00 €, la participation des éditeurs - petites maisons pour la majorité - est de 48%. Le reste du financement se répartit de la façon suivante : 33,5% pour le ministère de la Culture, 6,5% pour la Ville de Paris, et rien de plus. Jusqu'ici, le déficit a été couvert par les responsables du Marché de la poésie.
Pour permettre à l'association Circé de préparer l'événement dans des conditions normales, le budget devrait s'élever à 150 000 €. Le Conseil régional d'Ile-de-France, sollicité depuis deux ans, n'a pas cru bon de donner suite à nos demandes, persévérant ainsi dans son absence de politique du Livre. Le syndicat national de l'Edition, lui, ne se sent absolument pas concerné par ce type de livres. La disparition de ce Marché de la poésie est très symptomatique d'un problème bien plus grave qui dépasse largement le cadre de notre manifestation : celui de la diffusion de la petite édition, en général. C'est ça, l'exception culturelle. »


Menacé donc d’asphyxie financière, le Marché de la Poésie a pu trouver des ressources supplémentaires pour sa 23e édition, du 23 au 26 juin. Et des initiatives viennent prendre place à sa « périphérie », notamment une Nuit décalée au Palais de Tokyo, le 28 juin.

Manifestation assez unique en son genre, le Marché de la Poésie, créé en 1983, est un des derniers bastions de la « petite édition ». La place Saint-Sulpice, dans le sixième arrondissement de Paris est l’écrin où se rassemblent chaque année revues et éditeurs. Et si l’économie du livre est en crise, le succès de ce marché ne se dément pas. D’une cinquantaine d’exposants en 1983, leur nombre avoisine aujourd’hui les cinq cents, entraînant un flot accru de visiteurs : ils étaient plus de 50.000 l’an passé. Le Marché de la Poésie, organisé par l’édition Circé, a pourtant failli rendre l’âme en 2004, fragilisé par des difficultés financières. Le Centre National du Livre, la Direction Régionale des Affaires Culturelles, la Ville de Paris et la Région Ile-de-France se sont heureusement coalisés pour revoir à la hausse les subventions qui rendent possible un tel événement. Mais le Marché de la Poésie se doit aussi d’évoluer : l’édition 2005 marque un pas très net dans cette direction. Sur la Place Saint-Sulpice, qui demeure le lieu de rencontre des éditeurs et des lecteurs, deux « nocturnes » permettent des rendez-vous publics conséquents.
Le vendredi 24 juin, « Le moindre verbe » réunira ainsi, autour de Bernard Noël, invité d’honneur du Marché de la Poésie, d’autres poètes tels le Québécois Fernand Ouelette, le Marocain Abdellatif Laâbi, Julien Blaise en « post Tournée bye-bye », les Anglais Lawrence Upton, Adrian Clarke, Chris Paul et Ulli Freer. Cette soirée sera également marquée par un hommage à Christophe Tarkos, récemment disparu.
Le samedi 25 juin, la seconde « nocturne » sera au diapason des « îles et presqu’îles, proches et lointaines ». L’invité d’honneur en sera le Réunionnais Boris Gamaleya, un « célébrant des mythes polyphoniques et constitutifs d’une créolité ouverte sur l’amour de l’Autre – sources universelles de la spiritualité – et jamais plus mise en esclavage ». De Madagascar (Hery Mahavanona, Esther Nirina), de Sicile et de Sardaigne (Antonio Are, Fabiola Ledda, Alberto Masala, Myriam Palma) et de Corse (Ghacumu Tiers) se feront entendre d’autres voix insulaires, aux côtés de poètes italiens.

Autour du Marché de la Poésie, viennent cette année se greffer d’autres événements, et cette « Périphérie » devrait a priori s’étendre les prochaines années. Parmi les rendez-vous proposés en 2005, mentionnons une soirée Poési&lectronique (le 10 juin, à la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou), un spectacle de Vincent Vernillat et Philippe Muller à partir de textes de Christian Dotremont (le 17 juin, à la Halle Saint-Pierre), ou encore une prometteuse Nuit décalée consacrée à la poésie visuelle et sonore, et à des performances (le 28 juin, au Palais de Tokyo), avec Pierre Alferi, Julien Blazine, Rodolphe Burger, Anne-James Chaton, Christophe Fiat, Bernard Heidsieck, Joël Hubaut, Malte Martin, Michèle Métail, Charles Pennequin, Christian Prigent, Nathalie Quintane, Serge Pey et Jean-Pierre Verheggen.

Jean-Marc ADOLPHE Publié le 09-06-2005

http://www.mouvement.net/

Allez vous y promener, c'est un enchantement ... et vous y trouverez des merveilles: des artisans du livre passionnés de l'édition, des poètes du monde entier, des mots que l'on emporte avec soi tel un trésor ...
Et la place Saint Sulpice bruisse d'échanges, de sourires et de silence ...

Asteroid
Membre du comité de quartier
Membre du comité de quartier
Messages : 426
Enregistré le : dim. 22 mai 05, 12:42
Localisation : Paris

Message par Asteroid » ven. 10 juin 05, 23:50

"des mots que l'on emporte avec soi tel un trésor ... "...
Pour moi, c'est exactement cela.. :)

Répondre

Retourner vers « Le café des lettres et de la philo »