[Série] L'expression du jour

Image Partageons sur les livres, les auteurs littéraires, les poètes, les philosophes, etc.
Répondre
Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

[Série] L'expression du jour

Message par Opaline » sam. 03 juil. 10, 6:00

Les dés sont pipés"

Signification : Il y a tromperie.

Origine : L'expression provient du langage de la chasse de jadis. On attirait les oiseaux sur des branches engluées avec des sortes de pipeaux. Ceci s'appelait "attirer les oiseaux à la pipée". Plus tard, le sens se transposa au figuré et on employa cette expression pour démontrer que l'on avait été trompé, en particulier dans le domaine du jeu. Ainsi, "les dés sont pipés" signifie qu'il y a tromperie.

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Re: L'expression du jour

Message par Opaline » lun. 05 juil. 10, 8:45

« Faire table rase »

SIGNIFICATION
Considérer comme nulles et rejeter en bloc des idées de conduite adoptées précédemment
Reprendre à zéro une procédure de recherche de quelque chose (explication, solution, criminel...)

ORIGINE
Le premier sens proposé n'apparaît que dans le dictionnaire de l'Académie française de 1835. Et pourtant la métaphore de la table rase qui représente une forme de virginité nous vient de bien plus loin.

Pour commencer, on peut noter que 'ras', adjectif datant du XIIe siècle, nous vient du latin 'rasus', issu du verbe 'radere' qui signifiait 'raboter' ou 'raser'. D'abord 'res', il nous en resté le 'rez' qu'on trouve dans 'rez-de-chaussée'.
Il a commencé par qualifier une mesure remplie jusqu'au bord avant de désigner également au XIVe siècle une surface lisse et unie, celle qui nous intéresse ici.

La notion de "table rase" nous vient du latin "tabula rasa" qui désignait une tablette de cire vierge, sans aucune inscription ; Aristote en a fait une métaphore pour représenter l'âme à sa naissance, vierge de toute connaissance et de toute idée.
On retrouvera cette image du support vierge sur lequel rien n'est encore écrit au XVIIe siècle en philosophie.

L'expression faire table rase, elle, date bien du du XIXe. Elle reprend l'idée de la virginité, mais volontairement provoquée : on efface, on oublie tout ce qui existe, ce qui a déjà servi et on repart de zéro, sur de nouvelles bases.
On peut aisément imaginer la table de travail encombrée des documents qui ont inutilement servi à avancer dans des directions sans réelle issue, table que, d'un mouvement du bras, on débarrasse de tout ce qui la jonche (la table devient rase) pour tenter de repartir avec de nouvelles hypothèses, dans de nouvelles directions.

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Re: L'expression du jour

Message par Opaline » mar. 06 juil. 10, 5:54

« Aller à la selle »

SIGNIFICATION
Déféquer

ORIGINE
Si l'expression en elle-même n'est plus trop utilisée à notre époque (on en trouve plein d'autres variantes plus ou moins poétiques[1]), la désignation de ce qu'on y a abandonné, une fois qu'on est sorti du petit coin, est toujours vivante, puisqu'on parle, par exemple, d'analyses de selles.
Mais qu'en pensent le cavalier ou le coureur cycliste qui posent leurs augustes fesses sur une selle ? Eh bien aussi étrange que cela puisse paraître, le lien entre ces deux 'selles' est très fort.

Si l'expression date du XVe siècle, le mot 'selle' nous vient du XIIIe, issu du latin 'sella' qui désignait un siège, plus précisément le "siège des artisans qui travaillent assis" ou le "siège des professeurs", mais aussi, le siège du cavalier ou, autrement dit, la selle de cheval (à une époque où la bicyclette n'existait pas encore, sans quoi, peut-être...).

Lorsque le mot apparaît en français, il sert aussi à nommer une chaise percée, une de celles sur lesquelles certaines personnes aisées s'asseyaient pour y faire leur grosse commission, éventuellement recueillie dans un pot placé dessous, chaise qu'on appellera successivement "selle aisée", "selle nécessaire" puis "selle percée".
C'est de cette chaise, l'ancêtre de notre cuvette de W.C., qu'à la fin du XIVe, "la selle" (au singulier) désigne les excréments. Et c'est de là, qu'un peu plus tard, naît notre expression.

[1] Comme "balancer son rondin", "couler un bronze", "poser une pêche", "démouler un cake", "parachuter un sénégalais" ou bien "poster une sentinelle", par exemple (et la liste est très loin d'être complète).

Avatar du membre
dreamer
Administration
Administration
Messages : 29072
Enregistré le : mar. 13 févr. 07, 6:28
Contact :

Re: L'expression du jour

Message par dreamer » mar. 06 juil. 10, 6:23

Opaline a écrit :« Aller à la selle »

SIGNIFICATION
Déféquer

ORIGINE
Si l'expression en elle-même n'est plus trop utilisée à notre époque (on en trouve plein d'autres variantes plus ou moins poétiques[1]), la désignation de ce qu'on y a abandonné, une fois qu'on est sorti du petit coin, est toujours vivante, puisqu'on parle, par exemple, d'analyses de selles.
Mais qu'en pensent le cavalier ou le coureur cycliste qui posent leurs augustes fesses sur une selle ? Eh bien aussi étrange que cela puisse paraître, le lien entre ces deux 'selles' est très fort.

Si l'expression date du XVe siècle, le mot 'selle' nous vient du XIIIe, issu du latin 'sella' qui désignait un siège, plus précisément le "siège des artisans qui travaillent assis" ou le "siège des professeurs", mais aussi, le siège du cavalier ou, autrement dit, la selle de cheval (à une époque où la bicyclette n'existait pas encore, sans quoi, peut-être...).

Lorsque le mot apparaît en français, il sert aussi à nommer une chaise percée, une de celles sur lesquelles certaines personnes aisées s'asseyaient pour y faire leur grosse commission, éventuellement recueillie dans un pot placé dessous, chaise qu'on appellera successivement "selle aisée", "selle nécessaire" puis "selle percée".
C'est de cette chaise, l'ancêtre de notre cuvette de W.C., qu'à la fin du XIVe, "la selle" (au singulier) désigne les excréments. Et c'est de là, qu'un peu plus tard, naît notre expression.

[1] Comme "balancer son rondin", "couler un bronze", "poser une pêche", "démouler un cake", "parachuter un sénégalais" ou bien "poster une sentinelle", par exemple (et la liste est très loin d'être complète).

A la fraiche comme ça, c'est .........Trop top !!! :mdr:
Dans la vie, tu as deux choix le matin :
- soit tu te recouches pour poursuivre ton rêve
- soit tu te lèves pour le réaliser ...

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Re: L'expression du jour

Message par Opaline » mar. 06 juil. 10, 6:40

Ben quoi ! T'as du mal à "balancer ton rondin" ? :mdr: :mdr: :mdr: :mdr:

Avatar du membre
dreamer
Administration
Administration
Messages : 29072
Enregistré le : mar. 13 févr. 07, 6:28
Contact :

Re: L'expression du jour

Message par dreamer » mar. 06 juil. 10, 6:43

Opaline a écrit :Ben quoi ! T'as du mal à "balancer ton rondin" ? :mdr: :mdr: :mdr: :mdr:
Que nenni !! :mrgreen:
Dans la vie, tu as deux choix le matin :
- soit tu te recouches pour poursuivre ton rêve
- soit tu te lèves pour le réaliser ...

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Re: L'expression du jour

Message par Opaline » mer. 07 juil. 10, 6:14

« Les doigts dans le nez »

SIGNIFICATION
Sans effort, très facilement.

ORIGINE

L'expression serait apparue en 1912 dans le langage des courses hippiques : le jockey est arrivé premier les doigts dans le nez.

C'est une image amusante qui montre la facilité, l'insouciance qu'a eu le jockey à gagner, puisqu'au lieu d'avoir l'esprit complètement préoccupé par sa course, il a pu prendre le temps, comme les enfants insouciants, de se mettre les doigts dans le nez.


EXEMPLE
« Avec les contrats rapportés par Bernard, et l'argent frais tiré de la vente de ses immeubles, nous rembourserions les doigts dans le nez. »

Avatar du membre
Jihelge
Conseil Général
Conseil Général
Messages : 6355
Enregistré le : mer. 23 déc. 09, 12:54
Localisation : La Réunion
Contact :

Re: L'expression du jour

Message par Jihelge » mer. 07 juil. 10, 6:44

dreamer a écrit :
Opaline a écrit :Ben quoi ! T'as du mal à "balancer ton rondin" ? :mdr: :mdr: :mdr: :mdr:
Que nenni !! :mrgreen:
Donc si je résume les dés sont pipés. car notre ami Dreamer pour faire table rase des lourdeurs de sont festin de la veille est allé à la selle les doigts dans le nez !!! :mdr: :mdr:

ai je bien compris ?? :mrgreen:
On ne voit bien qu'avec le cœur, l'essentiel est invisible pour les yeux

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Re: L'expression du jour

Message par Opaline » jeu. 08 juil. 10, 6:40

[ EXPRESSION ]
« Etre un ours mal léché »

SIGNIFICATION
Fuir la société, être grossier, mal élevé.

ORIGINE
L'expression avec sa signification actuelle, date du XVIIIe siècle.

Au XVIIe siècle, elle désignait un homme au physique ou un comportement grossier, puisqu'il était connu à l'époque, que le bébé ours, né informe, était façonné par sa mère qui le léchait abondamment.

Et l'ours étant un animal solitaire, celui qui fuit la société l'est aussi.


EXEMPLE
« Il avait vécu dans le monde; il avait des talents, quelque savoir, de la douceur, de la politesse; il savait la musique, et comme j'étais de chambrée avec lui, nous nous étions liés de préférence au milieu des ours mal léchés qui nous entouraient. »
Rousseau - Les confessions

Avatar du membre
Jihelge
Conseil Général
Conseil Général
Messages : 6355
Enregistré le : mer. 23 déc. 09, 12:54
Localisation : La Réunion
Contact :

Re: L'expression du jour

Message par Jihelge » jeu. 08 juil. 10, 8:31

:heeu: Opa, Ton ours à toi il est bien ou mal léché :ange:
comme tu vas certainement dire "bien" :mrgreen:
que peut on entendre par là :mrgreen: :mdr:
On ne voit bien qu'avec le cœur, l'essentiel est invisible pour les yeux

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Re: L'expression du jour

Message par Opaline » jeu. 08 juil. 10, 9:23

Aujourd'hui, il est mal léché !rigoler! !rigoler!

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Re: L'expression du jour

Message par Opaline » ven. 09 juil. 10, 6:11

« Avoir quelqu'un dans le nez »

SIGNIFICATION
Ne pas aimer, ne pas supporter quelqu'un.

ORIGINE
Il faudrait largement dépasser la taille du cap, que dis-je, de la péninsule de Cyrano pour être capable d'accueillir une personne dans son nez.
Comment, donc, peut-on avoir quelqu'un "dans le nez", pour peu qu'on l'ait d'une taille normale ?

En fait, s'il ne semble pas exister d'explication nette, il faut probablement se rapprocher d'autres locutions ayant la même signification pour avoir une lueur de compréhension.
Plus que la personne elle-même, l'image de l'expression peut laisser croire que c'est plutôt son odeur, également insupportable, qu'on a dans le nez.

Lorsqu'on n'aime pas quelqu'un, on dit aussi "ne pas pouvoir le sentir" ou "ne pas pouvoir le piffer", issu du 'pif' argotique[1] qui désigne encore le 'nez'.
Il est donc facile d'extrapoler en supposant que l'odeur de l'insupporté ou l'air qu'il respire aussi est là, dans le nez, et qu'on n'arrive pas à s'en débarrasser alors qu'on le voudrait par-dessus tout.

[1] En argot, quoi, ce qui n'a rien à voir avec l'art gothique.

Avatar du membre
Jihelge
Conseil Général
Conseil Général
Messages : 6355
Enregistré le : mer. 23 déc. 09, 12:54
Localisation : La Réunion
Contact :

Re: L'expression du jour

Message par Jihelge » ven. 09 juil. 10, 9:05

"expression art gothique" :mdr:

Mince si tu fais les jeux de mot déjà toute seul y reste quoi aux déco....eurs de service !!! :yep2:

curieusement si tu as bien remarqué ? Ce sont les personnes que l'on a sur le dos que l'on ne peu pas sentir (cas du Chef ou du patron) jusque là effectivement on ne peut pas le sentir car si on l'a sur le dos, dur de l'avoir dans le nez. Note que là peu de temps après on l'a généralement on l'a dans le ..... dos (oui on peut le dire comme ça aussi mais ce n'est pas ce mot qui me venais à l'esprit :mrgreen: )
On ne voit bien qu'avec le cœur, l'essentiel est invisible pour les yeux

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Re: L'expression du jour

Message par Opaline » ven. 09 juil. 10, 9:11

:mdr: :mdr: :mdr:

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Re: L'expression du jour

Message par Opaline » sam. 10 juil. 10, 7:02

« Avoir du sex-appeal »

SIGNIFICATION
Avoir un certain pouvoir d'attraction sexuelle

ORIGINE
Ce n'est pas parce que le mot se prononce comme "sexe à pile" que nous allons cette fois faire un cours sur le godemichet électrique (ni évoquer la citation latine forcément liée si l'engin doit fonctionner longtemps et, en plus, est lumineux "duracell, led sex" Lien externe). D'ailleurs, un lecteur attentif aura remarqué qu'il est ici question de 'du' sex-appeal et non de 'un' sex-appeal.

En fait, l'absence de 'e' à l'extrémité du 'sex' aura mis la puce à l'oreille des anglicistes confirmés, car le mot nous vient bien d'Angleterre, vers la fin des années 1920.
Si le sens de 'sex' ne laisse aucun doute, le mot 'appeal', lui, correspond à 'attrait'. Autrement dit, le "sex-appeal" s'utilise en général à propos d'une personne (le plus souvent une femme) qui excite le désir (en 1927, le mot avait pour traduction littérale "appel du sexe").

Cette appellation a un peu vieilli, au bénéfice, si l'on peut dire, de qualificatifs généralement plus vulgaires ("être baisable", par exemple, mais il y a bien plus irrespectueux). Surtout, elle a souvent servi de remplacement à la version française plus douce et à la connotation sexuelle moins marquée "avoir du chien".

EXEMPLE
« Sauf, dit-il, qu'elle a un petit ami qui s'appelle Rusty Godowski. C'est mon élève en cours de danse. Et je puis vous assurer que ce petit blanc-bec a du sex-appeal a revendre ! »
Gore Vidal - Myra Breckinridge et Myron

Répondre

Retourner vers « Le café des lettres et de la philo »