Christian Bobin

Image Partageons sur les livres, les auteurs littéraires, les poètes, les philosophes, etc.
Avatar du membre
Lorelei
Administration
Administration
Messages : 82060
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 11:50
Contact :

Christian Bobin

Message par Lorelei » sam. 11 juin 05, 10:46

La plus que vive
Image
«Tu meurs à quarante-quatre ans, c'est jeune. Aurais-tu vécu mille ans, j'aurais dit la même chose : tu avais la jeunesse en toi, pour toi. Ce que j'appelle jeune, c'est vie, vie absolue, vie confondue de désespoir, d'amour et de gaieté. Désespoir, amour, gaieté. Qui a ces trois roses enfoncées dans le coeur a la jeunesse pour lui, en lui, avec lui. Je t'ai toujours perçue avec ces trois roses, cachées, oh si peu, dessous ta vraie douceur.»

Christian Bobin. Ed. Gallimard




Eloge de la disparue
Les nombreux amateurs apprécieront le dernier livre de Christian Bobin, texte de cicatrisation sur la disparition soudaine d'une femme profondément aimée. La mort pare ainsi l'amour de trois roses rouges et nous donne des pages denses et intenses : « Je t'aime - cette parole est la plus mystérieuse qui soit, la seule digne d'être commentée pendant des siècles. » Il y a dans ce livre le regard d'un homme qui pardonne tout, qui voit tout et ne dit rien, qui ne voit rien et qui dit tout. Il y a dans ce livre une douleur immense que l'écriture apaise et soigne. Elle avait quarante-quatre, elle est morte, un soir de mois d'août, emportée par un anévrisme au cerveau : « Tu n'as pas eu le loisir d'être malade, la mort est descendue sur toi sans prévenir comme l'aigle noir de la chanson de Barbara...». La mort est aussi le temps des inventaires : «Printemps 1951, je viens au monde et je commence à dormir. Automne 1979, je te rencontre et je m'éveille. Eté 1995, je me découvre sans emploi, transi de froid. Mon emploi, c'était de te regarder et de t'aimer. Un vrai travail à temps plein. »
Jean-François Chételat. [/color][/b]
"On reconnait le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite les animaux" Gandhi

Image

Avatar du membre
philoshomme
Touriste
Touriste
Messages : 33
Enregistré le : sam. 29 oct. 05, 8:54
Localisation : Antre ciel é...ther...

Message par philoshomme » dim. 20 nov. 05, 23:06

Il nous faut devenir adultes pour comprendre que les adultes n'existent pas et que nous avons été élevés par des enfants que l'armure de nos rires rendait faussement invulnérables

Sage, ce n'est pas une question de temps, c'est une question de coeur et le coeur n'est pas dans le temps.

Nous n'habitons pas des régions. Nous n'habitons même pas la terre. Le cœur de ceux que nous aimons est notre vraie demeure.

Quand on aime quelqu'un, on a toujours quelque chose à lui dire ou à lui écrire, jusqu'à la fin des temps.

Voir, entendre, aimer. La vie est un cadeau dont je défais les ficelles chaque matin, au réveil.

La vie en société c'est quand tout le monde est là et qu'il n'y a personne. La vie en société c'est quand tous obéissent à ce que personne ne veut.

Les enfants, ce n'est pas sorcier, ça pousse à travers nos erreurs.


Christian BOBIN...
L'esprit libre est celui qui pense autrement de ce que l'on attend de lui... Il est l'exception...
Les esprits assservis sont la règle...

Avatar du membre
Lorelei
Administration
Administration
Messages : 82060
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 11:50
Contact :

Message par Lorelei » dim. 20 nov. 05, 23:07

Christian Bobin :coeur5:
"On reconnait le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite les animaux" Gandhi

Image

Avatar du membre
philoshomme
Touriste
Touriste
Messages : 33
Enregistré le : sam. 29 oct. 05, 8:54
Localisation : Antre ciel é...ther...

Message par philoshomme » lun. 21 nov. 05, 9:45

Bonjour !
Mélodie m’ayant dit hier que le petit dej était excellent ici, je ne peux faire autrement que de venir le déguster avec vous… Encore peu familier des lieux, je le prendrai donc à l’endroit qui me semble le plus approprié, ici, car la vue d’un cœur qui bat si joliment est plus à même d’agréablement me réveiller que n’importe quel café, aussi aromatique soit-il… ;-)
Mon cœur aussi s’accélère bien souvent devant la si subtile écriture de Christian BOBIN… Plus particulièrement d’ailleurs en savourant ce magnifique texte (mon chouchou !) qui me ramène si finement vers cette envoûtante Bretagne qui fut pour moi terre d’adoption pendant près de 7 merveilleuses années…
Puisse-t-il poser sur vos lèvres des sourires et sur vos âmes de doux rêves éveillés…
Une journée pleine de pensées ensoleillées vous souhaiter….
Thierry…

L’INESPEREE

Je reviens de Bretagne mon amour. La Bretagne est une terre belle comme l’enfance : les fées et les diables y font bon ménage. Il y a des pierres, de l’eau, du ciel et des visages ; et ton nom partout chantant dessous le nom des pierres, de l’eau, du ciel et des visages.
Cela fait bien longtemps que je ne sors plus sans toi. Je t’emporte dans la plus simple cachette qui soit : je te cache dans ma joie comme une lettre en plein soleil.
Il y a en Bretagne beaucoup d’églises, presque autant que de sources et de diables. Dans une chapelle, j’ai vu un bateau large comme deux bras ouverts. Il ne portait ni voiles ni mât ; rien d’autre que des bougies. On aurait dit un jouet d’enfant. Sur la coque, ce nom en peinture bleue : A L’ABANDON DE DIEU. J’ai aussitôt pensé à toi : ce petit bateau c’est ta vie et c’est toi, mon amour. C’est la pureté de ton cœur mille et mille fois naufragé, mille et mille fois reprenant le large, emportant avec lui cette lumière qui le brûle et le lave.
C’est une chose que tu m’as apprise, mon âme. Tu m’as appris beaucoup de choses. Tu m’as d’abord enfermé dans ton rire comme un écolier dans la classe au mois d’août, puis tu m’as rendu au monde avec pour devoir de l’écrire comme il est : affreusement noir en dessus, miraculeusement pur en dessous.
Si je veux connaître ce que sont le courage et la noblesse de vivre, il me suffit de te voir et d’écrire selon ce que je vois.
Tu es partout présente et je regarde le monde par tes yeux clairs : il est comme une passerelle de bois entre nous, depuis toujours franchie.
Le simple toucher de l’air sur mes joues, dans une promenade au bord de l’océan, c’était toi, entière : c’est difficile d’expliquer cela et je ne suis pas sur qu’il soit besoin d’expliquer ce que l’on vit. La vie est à elle-même son propre sens, pour peu qu’elle soit vivante.
C’est ce goût de vivre qui est blessé dans ces heures là. C’est toujours l’amour en nous qui est blessé, c’est toujours de l’amour que nous souffrons même quand nous croyons ne souffrir de rien.
La contemplation boudeuse, dans la petite enfance, d’un plafond de chambre ou d’un bout de trottoir m’a révélé plus de choses sur l’enfer que tous les livres de sagesses lus ensuite.
L’enfer, c’est cette vie quand nous ne l’aimons plus. Une vie sans amour est une vie abandonnée, bien plus abandonnée qu’un mort.
Un jour je te dirai à quel point je t’oublie dans le premier visage venu et à quel point je t’y retrouve.
Je souris en écrivant cette lettre et je ne l’ai sans doute écrite que pour ce sourire là, que tu me donnes. J’ai encore beaucoup de choses à te dire. Je les mettrais dans les livres : je n’ai jamais écrit que pour toi, dans l’espérance que l’imbécillité de l’amour me sauve de la stupidité de la littérature.
Allez va, va petit bateau chahuté par les vagues, va délivrer ta cargaison de lumière…

Christian BOBIN
L'esprit libre est celui qui pense autrement de ce que l'on attend de lui... Il est l'exception...
Les esprits assservis sont la règle...

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Message par Opaline » lun. 21 nov. 05, 9:51

J'apprécie, chaque jour un peu plus, tes interventions :coeur5:

Merci de nous faire partager tous ces textes !extra!

Avatar du membre
Lorelei
Administration
Administration
Messages : 82060
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 11:50
Contact :

Message par Lorelei » jeu. 02 nov. 06, 11:27

« L’ennui c’est de l’amour qui s’apprête en silence. » Christian Bobin
"On reconnait le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite les animaux" Gandhi

Image

Avatar du membre
Lorelei
Administration
Administration
Messages : 82060
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 11:50
Contact :

Re: Christian Bobin

Message par Lorelei » sam. 06 avr. 13, 9:52

« Peu de livres changent une vie. Quand ils la changent c'est pour toujours. »
de Christian Bobin
"On reconnait le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite les animaux" Gandhi

Image

Avatar du membre
Lorelei
Administration
Administration
Messages : 82060
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 11:50
Contact :

Re: La plus que vive

Message par Lorelei » sam. 06 avr. 13, 10:02

« Les secrets sont des piments sur le bout de la langue. Tôt ou tard ils mettent la bouche en feu. »
de Christian Bobin
"On reconnait le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite les animaux" Gandhi

Image

Avatar du membre
Lorelei
Administration
Administration
Messages : 82060
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 11:50
Contact :

Re: Christian Bobin

Message par Lorelei » sam. 08 juin 13, 15:42

Christian Bobin : La poésie comme chemin spirituel

Les Racines du Ciel, émission du 3 novembre 2009, par Frédéric Lenoir et Leili Anvar

Invité: Christian Bobin

Une belle émission, un bel auteur :coeur5: :coeur5: :coeur5:
"On reconnait le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite les animaux" Gandhi

Image

Avatar du membre
Lorelei
Administration
Administration
Messages : 82060
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 11:50
Contact :

Re: Christian Bobin

Message par Lorelei » dim. 30 juin 13, 23:17

"La mort n'éteint pas la musique, n'éteint pas les roses; n'éteint pas les livres, n'éteint rien."

Un assassin blanc comme neige.
"On reconnait le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite les animaux" Gandhi

Image

Avatar du membre
Diane
Membre du comité de jumelage
Membre du comité de jumelage
Messages : 3843
Enregistré le : sam. 20 avr. 13, 12:22

Re: Christian Bobin

Message par Diane » dim. 30 juin 13, 23:22

Ah j'aime sa voix, je n'ai jamais cherché à quoi il ressemblait. Je l'ai lu déjà il y a longtemps, un ou deux livres de lui.
"On n'a pas un coeur pour les humains Et un coeur pour les animaux. On a un coeur, ou on n'en a pas!" Alphonse de Lamartine

Avatar du membre
Lorelei
Administration
Administration
Messages : 82060
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 11:50
Contact :

Re: Christian Bobin

Message par Lorelei » ven. 17 janv. 14, 17:05

Image
"On reconnait le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite les animaux" Gandhi

Image

Avatar du membre
Lorelei
Administration
Administration
Messages : 82060
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 11:50
Contact :

Re: Christian Bobin

Message par Lorelei » dim. 02 févr. 14, 13:20

"Il y a quelque chose d'inguérissable qui traverse chaque vie de part en part et n'empêche ni la joie ni l'amour."

Les ruines du ciel.
"On reconnait le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite les animaux" Gandhi

Image

Avatar du membre
Diane
Membre du comité de jumelage
Membre du comité de jumelage
Messages : 3843
Enregistré le : sam. 20 avr. 13, 12:22

Re: Christian Bobin

Message par Diane » dim. 02 févr. 14, 18:54

C'est beau ça...
"On n'a pas un coeur pour les humains Et un coeur pour les animaux. On a un coeur, ou on n'en a pas!" Alphonse de Lamartine

Avatar du membre
Lorelei
Administration
Administration
Messages : 82060
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 11:50
Contact :

Re: Christian Bobin

Message par Lorelei » dim. 02 févr. 14, 19:36

je récupère ses citations sur sa page FB :coeur5:

https://www.facebook.com/pages/Christia ... 6596985220
"On reconnait le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite les animaux" Gandhi

Image

Répondre

Retourner vers « Le café des lettres et de la philo »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité