Florilège de roses

Image Partageons sur les livres, les auteurs littéraires, les poètes, les philosophes, etc.
Avatar du membre
Lorelei
Administration
Administration
Messages : 85179
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 11:50
Contact :

Message par Lorelei »

Y a-t-il une oreille assez fine pour entendre le soupir des roses qui se fanent ?

Arthur Schnitzler
"On reconnait le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite les animaux" Gandhi

Avatar du membre
Lorelei
Administration
Administration
Messages : 85179
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 11:50
Contact :

Message par Lorelei »

Image

Soyez fleurs


Ne dites rien de mal,
ne dites rien de bien.
Soyez fleurs.

Soyez fleurs.
Par ces temps enragés,
enfumés de charbon
Soyez rose et lys.


Charles Cros
"On reconnait le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite les animaux" Gandhi

Cecile
Conseil Général
Conseil Général
Messages : 5769
Enregistré le : jeu. 19 mai 05, 8:28

Message par Cecile »

La rose, c'est les dents de lait du soleil.


MALCOLM DE CHAZALImage

Cecile
Conseil Général
Conseil Général
Messages : 5769
Enregistré le : jeu. 19 mai 05, 8:28

Message par Cecile »

Clafoutis aux fraises,à la pistache et à la rose

Pour 4-5 personne
Temps de préparation : 25 min
Temps de cuisson : 35 min

Ingrédients :


fraises : 250 g
fraises des bois : 100 g
lait : 25 cl
crème liquide : 10 cl
oeufs : 3
sucre : 125 g
farine : 25 g
pistaches natures décortiquées : 25 g
eau de rose : 2 c. à café ( en vente a coté de la fleur d'oranger en GS)
sel : 1 pincée


Préparation :

Préchauffez le four thermostat 6 (180° C).Beurrez l'intérieur d'un plat à four et saupoudrez-le sucre.

Mixez les pistaches en poudre fine.

Rincez, égouttez et équeutez les fraises (coupez-les en deux si elles sont grosses) et rangez-les dans le plat.

Préparez la pâte à clafoutis:fouettez les oeufs avec le sucre.Incorporez la farine,la poudre de pistaches et la pincée de sel. Diluez-les en versant progressivement le lait,la crème et l'eau de rose.

Versez sur les fraises.Enfournez et laissez cuire pendant 35 minutes.

Laissez tiédir.Décorez de fraises des bois et de quelques pétales de roses cristallisés puis servez.

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Message par Opaline »

RECETTE PATISSERIE ORIENTALE : LOUKOUM A LA ROSE





Ingrédients pour 12 personnes :

220 grammes de glucose
1.1 kilo de sucre
250 ml d'eau
185 grammes de farine
625 ml d'eau
Environ 60 grammes d'amandes écrasées
Le jus d'1/2 citron
Quelques gouttes de colorant alimentaire (facultatif)
3 cuillerées à soupe d'eau de rose
2 cuillerées à soupe de farine de mais pour les moules
115 grammes de sucre glace
1 petite cuillerée de gomme de lentisque en poudre.


Préparation :

Réunissez, dans une marmite à fond épais, le glucose et 250 ml d'eau. Portez à ébullition en mélangeant de temps à autre. Dans une autre marmite, mettez la farine et 625 ml d'eau. Amalgamez soigneusement à feu doux et, en mélangeant constamment, portez lentement à ébullition. Laissez cuire en mélangeant jusqu'à obtention d'une composition blanche et moelleuse. Ajoutez alors le sirop de glucose tout en mélangeant rapidement. Assurez-vous qu'il n'y ait pas de grumeaux. Portez à ébullition et ensuite, à feu très doux, laissez cuire très doucement à petits bouillons sans couvrir pendant au moins 3 heures. Le composé est prêt s’il adhère des deux côtés lorsque vous en pressez une goutte entre les doigts, puis essayez de les ouvrir. Adjoignez le jus de citron, la gomme de lentisque et l'eau de rose. Amalgamez soigneusement, et laissez cuire encore pendant 3 minutes. Ajoutez alors les amandes écrasées, et mélangez vigoureusement. Retirez du feu. Brossez les plaques du four avec la farine. Versez le composé sur celles-ci. Il devrait être épais d'au moins 2,5 centimètres. Lissez-en la surface avec une spatule et laissez reposer dans un endroit frais pendant une journée. Avec un couteau bien aiguisé, découpez le tout en morceaux de forme carrée. Saupoudrez de sucre glace et servez.




mpil
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2377
Enregistré le : dim. 03 juil. 05, 22:08

les roses

Message par mpil »

je viens de "piquer" ce texte chez le voisin... c'est pas bien, mais je le trouve vraiment très beau.


Les roses rouges étaient ses fleurs favorites, son prénom était aussi Rose. Et chaque année son mari lui envoyait des roses avec un joli ruban.

L’année qu'il mourut, le bouquet de roses avait été livré à sa porte.
La carte disait, "Soit ma Valentine", comme toutes les autres années auparavant.

Chaque année il lui envoyait des roses, et la carte disait toujours,
"Je t'aime encore plus cette année, que l’an passé en cette journée.

Mon amour pour toi grandira toujours au fils des ans."
Elle savait que ce serait la dernière fois qu’elle verrait ses roses.

Elle pensait, qu’il les avait commander longtemps d’avance.
Parce que son mari ne savait pas qu’il allait mourir.

Il avait toujours aimer faire les choses longtemps d’avance,
Comme ca, même s’il était trop occupé, le temps venu tout allait bien.

Elle coupa les tiges, et les plaça dans un joli vase. Puis elle plaça le vase à coté de la photo de son mari souriant.

Elle resta assise durant des heures, dans le fauteuil favori de son mari.
En observant sa photo et les roses.

Une année passa, et c’était difficile de vivre sans lui.
L’ennui et la solitude qui était devenu son quotidien.

Puis le jour de la St-Valentin à la même heure que l’année précédente,
On sonna à la porte, et il y avait des roses déposés à sa porte.

Elle pris les roses, et les regarda avec stupéfaction. Puis elle pris le téléphone pour appeler le floriste.
Le propriétaire répondit, et elle lui demanda de lui expliquer :
Pourquoi quelqu’un lui faisait ca, ca lui faisait tellement de peine ?

"Je sais que votre mari est décédé il y a plus d’un an,"
Le propriétaire dit, "Je savais que vous appelleriez et que vous voudriez savoir.

Les fleurs que vous avez reçues aujourd’hui, ont été payées longtemps d'avance.
Votre mari planifiait tout d'avance, il ne laissait jamais rien au hasard.

J’ai ici une commande dans ma filière,
Et comme il les a payés d’avance, vous recevrez ses roses à chaque année.

Il y a aussi une autre chose, je pense que vous devriez savoir,
Il a écrit une petite carte spéciale... il y a quelques années.

Que lorsque je saurais qu’il serait décédé,
C’est cette carte... que je devrais vous envoyer pour les années à suivre."

Elle le remercia et raccrocha le téléphone, elle pleurait à chaude larme. Ses mains tremblaient, en essayant de sortir la petite carte de son enveloppe.

À l’intérieur de la carte, elle vit qu’il lui avait écrit une petite note.
Et puis voici ce qu’il lui avait écrit…

"Bonjour mon amour, Je sais que ca fait maintenant plus d’un an que je suis décédé,
J’espère que ca n’a pas été trop dur pour toi jusqu’à présent.

Je sais que tu dois te sentir seule, et que ta peine est réelle.
Parce que si ca avait été le contraire, je sais comment je me serais senti.

L’amour que nous avons partagé a fait que toutes les choses de la vie étaient si merveilleuses.
Je t’aime plus que les mots ne peuvent l’exprimer, tu es l’épouse parfaite.

Tu es mon amie et mon amour, tu as comblé mes moindres désirs.
Je sais que ca ne fait qu’un an, mais s.v.p. essaie de ne pas te décourager.

Je veux que tu sois heureuse, même quand les larmes coulent dans tes yeux.
C’est pourquoi ses roses te seront envoyés à chaque année.

Quand tu recevras ses roses, pense à tous les moments heureux,
que nous avons eu ensemble, et comment nous avons été chanceux de vivre l’un avec l’autre.

Je t’ai toujours aimer et je sais que je t’aimerai toujours.

Mais mon amour, tu dois continuer, tu as encore de beaux moments à vivre.

S.v.p... essaie de mettre de la joie dans tes journées.
Je sais que ce n’est pas facile, mais j’espère que tu trouveras la manière.

Les roses te seront livrer à chaque année, et les livraisons s’arrêteront,
Quand ta porte ne répondra plus, quand le floriste arrêtera de sonner.

Il viendra à 5 reprises cette journée la, au cas ou tu serais sortie.
Mais après sa dernière visite, il saura sans aucun doute,

Qu’il devra apporter les roses, à l’endroit que je lui ai dit,
Et placer les roses la ou, nous serons à nouveau réunis.

James A. Kisner

Opaline
Docteur Honoris Causa
Docteur Honoris Causa
Messages : 65402
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 12:15

Message par Opaline »

C'est superbe !
Tu as bien fait de le piquer ;-)

invité
Membre du comité de jumelage
Membre du comité de jumelage
Messages : 3179
Enregistré le : ven. 01 juil. 05, 18:06

Ronsard

Message par invité »

Ronsard, extrait des Amours



Comme on voit sur la branche au mois de may la rose,
En sa belle jeunesse, en sa premiere fleur,
Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur,
Quand l'Aube de ses pleurs au poinct du jour l'arrose ;

La grace dans sa feuille, et l'amour se repose,
Embasmant les jardins et les arbres d'odeur ;
Mais batue ou de pluye, ou d'excessive ardeur,
Languissante elle meurt, fueille à fueille déclose.

Ainsi en ta premiere et jeune nouveauté,
Quand la Terre et le Ciel honoraient ta beauté,
La Parque t'a tuee, et cendre tu reposes.

Pour obseques reçoy mes larmes et mes pleurs,
Ce vase pleine de laict, ce panier plein de fleurs,
Afin que vif et mort ton corps ne soit que roses.

Image
Image
Image

Avatar du membre
redcat
Membre du comité des fêtes
Membre du comité des fêtes
Messages : 790
Enregistré le : dim. 19 juin 05, 9:28

Message par redcat »

:loveyes: :loveyes: :loveyes:

Avatar du membre
Lorelei
Administration
Administration
Messages : 85179
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 11:50
Contact :

Message par Lorelei »

ODE A LA ROSE


Ô rose, que tu as de charmes
Dans l’air frais du petit matin
Quand la rosée pleure ses larmes
Sur ton corsage de satin.

L’éclat de ta robe sanguine
Éblouit plus d’un papillon.
De l’abeille qui te butine,
Tu sais le méchant aiguillon.

D’une miraculeuse ondée,
Tu rêvais dans l’été vermeil,
Offrant ta corolle assoiffée
A l’ardent baiser du soleil.

Bientôt les couleurs de l’automne
Terniront un peu ta beauté.
Vois, déjà la vie abandonne
La fleur qui gît à tes côtés.

Mais ce matin, tu es si belle
Que jalouse de ta splendeur,
Voilà qu’une guêpe cruelle
Est venue te mordre le cœur.

Reine de mon jardin, ô rose,
Tu tends au soleil triomphant
Ton calice d’or où se pose
Le regard ému d’un enfant


Renée Jeanne Mignard
"On reconnait le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite les animaux" Gandhi

Avatar du membre
Patcka
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2307
Enregistré le : ven. 12 août 05, 1:30
Localisation : Nice

Histoire de rose

Message par Patcka »

ImageImage
La vérité de demain se nourrit de l'erreur d'hier. [Antoine de Saint-Exupéry]

Avatar du membre
Lorelei
Administration
Administration
Messages : 85179
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 11:50
Contact :

Re: Florilège de roses

Message par Lorelei »

Infinitude d'Amour

Image

Mon cœur de rose
Sur ton coeur en roses.
Ta main en baisers de rosée
Sur ma peau tendrement déposée.
Et le soleil en veloutés irisés
Caresse l'aube d'un Amour secret.

Le silence en murmures ravissants
Déploie les délices de l'instant.
Mon oeil en ton Âme
Et ton Âme en mon œil
Libèrent les vœux de l'innocente flamme,
Dont nos corps se donnent en divins accueils.

Qu'il est doux le parfum de mon Aimé;
Dans mon écrin, son havre de paix.
Qu'il est doux te parfum de notre Amour;
Dans mon écrin, la Rose du Toujours.


Haether et Orson Willis
[/color]
"On reconnait le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite les animaux" Gandhi

Avatar du membre
Lorelei
Administration
Administration
Messages : 85179
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 11:50
Contact :

Re: Florilège de roses

Message par Lorelei »

Image



La Rose et le Réséda

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas
Tous deux adoraient la belle
Prisonnière des soldats
Lequel montait à l’échelle
Et lequel guettait en bas.

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas
Qu’importe comment s’appelle
Cette clarté sur leur pas
Que l’un fut de la chapelle
Et l’autre s’y dérobât.

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas
Tous les deux étaient fidèles
Des lèvres du coeur des bras
Et tous les deux disaient qu’elle
Vive et qui vivra verra.

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas
Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à ses querelles
Au coeur du commun combat.

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas
Du haut de la citadelle
La sentinelle tira
Par deux fois et l’un chancelle
L’autre tombe qui mourra.

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas
Ils sont en prison Lequel
A le plus triste grabat
Lequel plus que l’autre gèle
Lequel préfère les rats.

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas
Un rebelle est un rebelle
Deux sanglots font un seul glas
Et quand vient l’aube cruelle
Passent de vie à trépas.

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas
Répétant le nom de celle
Qu’aucun des deux ne trompa
Et leur sang rouge ruisselle
Même couleur même éclat.

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas
Il coule il coule il se mêle
À la terre qu’il aima
Pour qu’à la saison nouvelle
Mûrisse un raisin muscat.

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas
L’un court et l’autre a des ailes
De Bretagne ou du Jura
Et framboise ou mirabelle
Le grillon rechantera
Dites flûte ou violoncelle
Le double amour qui brûla
L’alouette et l’hirondelle
La rose et le réséda.


Louis Aragon
"On reconnait le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite les animaux" Gandhi

Avatar du membre
Lorelei
Administration
Administration
Messages : 85179
Enregistré le : lun. 16 mai 05, 11:50
Contact :

Re: Florilège de roses

Message par Lorelei »




De la rose

Image


La belle Rose, à Vénus consacrée,
L'oeil et le sens de grand plaisir pourvoit ;
Si vous dirai, dame qui tant m'agrée,
Raison pourquoi de rouges on en voit.

Un jour Vénus son Adonis suivait
Parmi jardin plein d'épines et branches,
Les pieds sont nus et les deux bras sans manches,
Dont d'un rosier l'épine lui méfait ;
Or étaient lors toutes les roses blanches,
Mais de son sang de vermeilles en fait.

De cette rose ai jà fait mon profit
Vous étrennant, car plus qu'à autre chose,
Votre visage en douceur tout confit,
Semble à la fraîche et vermeillette rose.



Clément MAROT (1497-1544)
"On reconnait le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite les animaux" Gandhi

CLEOPATRE
Membre du comité de jumelage
Membre du comité de jumelage
Messages : 3892
Enregistré le : mer. 05 sept. 07, 23:14

Re: Florilège de roses

Message par CLEOPATRE »

"Les roses" par les deux grands "Charles"

http://www.youtube.com/watch?v=sV9-Ox6uajk[/video]

Répondre

Retourner vers « Le café des lettres et de la philo »