Page 1 sur 1

Michel Serres nous a quittés

Posté : dim. 02 juin 19, 10:28
par Lorelei
Un grand philosophe. Je l'appréciais beaucoup.

Il était encore il y a peu sur les plateaux télé et à la radio.
Il avait l'air en forme.

RIP

Re: Michel Serres nous a quittés

Posté : dim. 02 juin 19, 11:45
par meusiotte5
Oui, Bri, à moi aussi il avait semblé en bonne forme. Je l'aimais beaucoup, un humaniste optimiste mais lucide, un scientifique et un littéraire à la fois, un honnête homme au sens du XVII° siècle.

Un esprit libre et bienveillant qui disparaît.
Comme à chaque décès de ce genre de personnage, on espère toujours l'émergence d'un de ses semblables pour combler le vide et toujours conserver dans notre monde des personnes de sa valeur.

Re: Michel Serres nous a quittés

Posté : dim. 02 juin 19, 15:40
par Lorelei
Je crains beaucoup aussi pour Edgar Morin il a 92 ans...

Re: Michel Serres nous a quittés

Posté : dim. 02 juin 19, 16:55
par meusiotte5
Oui, hélas, mais ne le faisons pas disparaître avant la date et profitons le plus longtemps possible de sa présence et de ses dires.

Et puis nous aurons la chance, comme pour Michel Serres, de pouvoir toujours lire ses écrits. :kiss:

Re: Michel Serres nous a quittés

Posté : dim. 02 juin 19, 17:53
par Lorelei
Edgar Morin annulé une conférence dont ma boite était partenaire, pour raisons de santé !pleure!

Re: Michel Serres nous a quittés

Posté : dim. 02 juin 19, 18:06
par Sedna

Re: Michel Serres nous a quittés

Posté : lun. 03 juin 19, 18:50
par Diane
"Vous êtes donc féministe?

Profondément. Je milite, même. Il m’arrive de faire des conférences dans des entreprises où l’on ne voit que des patrons, et je commence toujours par: «Messieurs les talibans.» Quand ils demandent pourquoi je leur parle ainsi, je propose aux femmes de l’assistance de se lever, et il n’y en a jamais plus de 2%. Je réplique alors: «Aucun doute, vous êtes vraiment des talibans…» Heureusement, il suffit d’aller dans les universités pour constater que les médecins, juges et ingénieurs de demain seront des femmes. D’ailleurs, si j’ai appelé mon livre précédent Petite Poucette, et non «Petit Poucet», c’est parce que toute ma vie, mes meilleurs étudiants étaient des étudiantes. Elles étaient plus sérieuses et accrochées, alors que les hommes ont toujours été un peu plus flasques."
Michel Serres.