Page 1 sur 1

"L'avion": embarquement immédiat vers le rêve

Posté : lun. 18 juil. 05, 22:06
par Opaline
[align=center]"L'avion": embarquement immédiat vers le rêve
[/align]

PARIS (AP) - C'est un jouet extraordinaire. Une maquette d'avion, toute blanche, qui fait décoller le spectateur vers le rêve: c'est le dernier film de Cédric Kahn, "L'avion" (mercredi sur les écrans), pour les enfants et leurs parents.

C'est bientôt Noël et Charly, sept ans, attend ses cadeaux dans la maison près des Pyrénées où il habite avec sa mère (Isabelle Carré), vétérinaire de campagne, et son père (Vincent Lindon), lieutenant-colonel et ingénieur dans l'Armée de l'Air.

Mais à la place du vélo qu'il attendait, son papa lui offre une maquette d'avion, un prototype tout blanc en forme de planeur, entièrement lisse, qu'il a lui-même construite.

Charly est déçu: "Avec un avion, on peut rien faire..." Son père ne lui en veut pas trop, cependant, et range l'avion au-dessus de l'armoire, en espérant que son fiston s'y intéressera un jour.

Quelques jours plus tard, le père meurt dans un accident. C'est alors que la maquette s'anime. Elle s'illumine parfois de rouge, et vole quand Charly lui parle.

Entre le petit garçon et l'avion mystérieux, un lien extraordinaire se noue. Que finit par découvrir la mère, d'abord inquiète de ce phénomène paranormal.

Elle alerte l'Armée de l'Air, qui confirme que son mari travaillait sur des programmes très en pointe. L'avion est récupéré, examiné en laboratoire, garde son mystère car on n'arrive pas à le démonter, à le détruire, à déterminer de quel matériau il est fait.

Le petit Charly n'est pas disposé à se laisser voler son jouet. Il vient le récupérer au laboratoire, et dès lors l'enfant et l'avion vont s'enfuir et vivre des moments pas comme les autres...

Librement adapté d'une BD ("Charly", de Magda et Lapière, Ed. Dupuis), "L'avion" est un conte fantastique bien différent des précédents films de Cédric Kahn ("Bar des rails", "L'ennui", "Roberto Succo", "Feux rouges").

"Jusqu'à présent, j'avais fait des films sombres, sur des personnages opaques, impulsifs, prisonniers de leurs contradictions. J'étais très impliqué dans les sujets mais je contournais toujours l'émotion, par pudeur", explique-t-il. "Là, je savais, au vu de l'histoire, que je ne pourrais pas éviter de m'ouvrir, de montrer mes sentiments".

Cédric Kahn a mûri, il a des enfants, et son cinéma est donc plus simple, plus dépouillé, plus accessible au grand public, et notamment aux enfants.

Plus consensuel, plus mièvre, trop gentil, diront ses critiques? Peut-être, mais cette fable où bons sentiments et fantastique se mêlent conserve tous les thèmes qui lui sont chers, affirme-t-il lui-même: "Le déni de la mort, la fuite du réel, le pouvoir de l'imagination, la recherche du père". L'émotion est simple, mise en scène sans violons inutiles, à l'image du naturel des acteurs, Isabelle Carré en tête.

Laissez-vous donc embarquer dans cet "Avion" pas comme les autres, film qui plaira à coup sûr aux enfants, peut-être aux adolescents, et sans doute à pas mal de parents dont le coeur d'adulte n'est pas encore tout à fait blasé. AP

Sur le Net:

http://www.pathedistribution.com

Posté : mer. 20 juil. 05, 8:50
par invité
opaline a écrit :Lorsque l'amitié se crée entre un enfant et un jouet..
Bien voilà un délire de plus pour Ives
...Enjoy !
:lol: ;-)

Posté : mer. 20 juil. 05, 9:10
par Opaline
La télé en a parlé hier au soir !
Me semble bien ce film, j'ai envie d'aller le voir ;-)