La LFP centralise mais c'est au Canada que tout se joue

Image Tous les sports, ainsi que les activités de plein air.
Répondre
roberto
Conseil Régional
Conseil Régional
Messages : 11398
Enregistré le : mar. 27 janv. 09, 14:27

La LFP centralise mais c'est au Canada que tout se joue

Message par roberto » jeu. 18 juin 15, 13:53

J'en apprends (encore ) tous les jours , je ne connaissais pas toutes les ficelles

de la fabrication des calendriers de L.1 et L. 2 françaises de Foot ,

et surtout que notre LFP (toujours aussi nulle )était incapable de gérer seule

sans faire appel à nos amis canadiens.




Les secrets de fabrication du calendrier de L1 et de L2

Ce jeudi 18 juin, la LFP va dévoiler les calendriers de L1 et de L2 pour la saison 2015-216.

Quels sont les secrets de fabrication d'un tel programme ?

Finalement, jeudi après-midi, à quelques minutes près, on aura tous le même réflexe :

consulter les calendriers 2015-2016 de Ligue 1 et de Ligue 2 une fois que la Ligue de football professionnel (LFP) aura lâché le morceau.

Comme les joueurs, les supporters, les observateurs et les diffuseurs, des clubs seront satisfaits, d'autres moins, certains pas du tout.

Mais comment ces calendriers sont-ils construits et établis ?

géographique n’évoluent pas à domicile en même temps, en ne programmant pas des derbys ou de gros chocs en tout début de Championnat,

alors qu’une bonne partie des supporters peut se trouver en vacances, etc



Les clubs ont leur mot à dire...

Chaque club se voit accorder 100 points. À chacun ensuite de se servir de ce pécule pour formuler ses envies et ses demandes à la Ligue,

en sachant qu’un choix prioritaire coûtera «plus cher» en points qu’un simple souhait.

Par exemple, certains clubs profitent de ce système pour formuler la requête de recevoir un gros du Championnat

pour une occasion particulière, comme un anniversaire (celui du club ou d’une date marquante de l’histoire du club)

ou une fête traditionnelle régionale à célébrer. D’autres peuvent demander à ne pas jouer à domicile lorsqu’un événement

important, qu’il soit sportif, musical ou culturel, se déroule à proximité, mais aussi réclamer de ne pas défier dans les premières journées

une équipe affrontée en amical en préparation d’avant-saison.



... les diffuseurs et la Ligue aussi

Pour cette saison encore (le dernier appel d’offres concernait la période 2012-2016), la chaîne Canal + a le privilège de pouvoir s’offrir l

es dix affiches qu’elle souhaite avoir et qu’elle diffusera un dimanche soir. De fait, elle aussi, a des souhaits et des désirs,

sur des dates et des gros matches, qu’elle formule à la Ligue.

Outre le fait de devoir appliquer l’alternance domicile/extérieur et d’appliquer la spécificité française de retrouver

la manche retour de la 1re journée à la 38e et non à la 20e, ce qui explique les moments de la saison où les équipes reçoivent

et/ou se déplacent deux fois de suite,

la LFP essaie de ménager la chèvre et le chou en faisant en sorte que deux clubs proches d’un point de vue géographique n’évoluent pas

à domicile en même temps, en ne programmant pas des derbys ou de gros chocs en tout début de Championnat, alors qu’une bonne partie

des supporters peut se trouver en vacances, etc...


La LFP centralise mais c'est au Canada que tout se joue

Une fois les desiderata des uns et des autres centralisés et pris en compte, la Ligue fait appel à Optimal Planning Solutions, une entreprise

canadienne dirigée par le programmateur Rick Stone et son associé Kirk Pinneo. Et c’est bien cette boîte basée à Vernon qui se charge depuis 2006

d’établir le calendrier de l’élite du foot français (L1/L2) à l’aide d’un logiciel d’optimisation et de régler le casse-tête de la LFP.

Les Canadiens entrent tous les souhaits recueillis et transmis par la Ligue dans leur système informatique

puis attribuent un coefficient à chacun d’eux. Une fois lancée, la machine se charge du reste. «Il y a un milliard de milliards de combinaisons

possibles. L'ordinateur propose celle qui réunit le maximum de requêtes», expliquait Rick Stone au quotidien Le Monde, en 2010.

La LFP n’a alors plus qu’à récupérer le précieux calendrier concocté au Canada et y apporter quelques retouches, le cas échéant,

pour qu’il soit le plus équitable possible. - T.S.

Une fois les desiderata des uns et des autres centralisés et pris en compte, la Ligue fait appel à Optimal Planning Solutions, une entreprise

canadienne dirigée par le programmateur Rick Stone et son associé Kirk Pinneo.

Et c’est bien cette boîte basée à Vernon qui se charge depuis 2006 d’établir le calendrier de l’élite du foot français (L1/L2)

à l’aide d’un logiciel d’optimisation et de régler le casse-tête de la LFP.

Les Canadiens entrent tous les souhaits recueillis et transmis par la Ligue dans leur système informatique puis attribuent

un coefficient à chacun d’eux. Une fois lancée, la machine se charge du reste. «Il y a un milliard de milliards de combinaisons possibles.

L'ordinateur propose celle qui réunit le maximum de requêtes», expliquait Rick Stone au quotidien Le Monde, en 2010.

La LFP n’a alors plus qu’à récupérer le précieux calendrier concocté au Canada et y apporter quelques retouches, le cas échéant,

pour qu’il soit le plus équitable possible. - T.S.

Répondre

Retourner vers « Le stade municipal »