L’Océanie francophone

Image Image Image Image Image Image Image Image Image Découvrons la francophonie vécue par les amis francophones du forum et son actualité
Répondre
Avatar du membre
nadia
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2255
Enregistré le : mer. 21 févr. 07, 12:03
Localisation : musée du Louvre

L’Océanie francophone

Message par nadia »

L’Océanie francophone
La Francophonie s'étend jusque dans l'océan Pacifique!

Par Québec Info .ameriquebec.net
Image
Dans le Pacifique, la langue française prend d’abord appui sur trois territoires français, la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française et Wallis-Futuna, ainsi que sur un pays indépendant, le Vanuatu. En plus de prendre appui sur des pays et territoires francophones, la langue française est aussi présente et enseignée dans les pays anglophones voisins

La langue française prend d’abord appui sur trois territoires français, la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française et Wallis-Futuna, ainsi que sur un pays indépendant, le Vanuatu.

La Nouvelle-Calédonie

La Nouvelle-Calédonie est un pays d’outre-mer dans la République française situé à environ 1200 km à l’est des cotes australiennes. L’archipel calédonien couvre une superficie égale à la moitié de celle de la Suisse, mais sa surface maritime est presque aussi étendue que le territoire du Québec.

La population calédonienne avoisine 280 000 habitants. On estime que 45 % de cette population est d’origine kanake, 35 % d’origine européenne, 8 % d’origine wallisienne et futunienne et le reste, 12 %, d’origines vietnamienne, tahitienne, vanuataise et indonésienne.

Le français est non seulement langue officielle, mais aussi langue véhiculaire entre toutes les composantes de la population, en raison de la diversité linguistique. On dénombre 28 langues kanakes sans compter les langues parlées dans les autres communautés. La scolarisation étant assurée en français, la quasi-totalité de la population est francophone.

La Nouvelle-Calédonie détient 25 % des réserves mondiales de nickel. Après l’Australie et la Nouvelle-Zélande, c’est l’île la plus développée de tout le Pacifique-Sud. Avec l’exploitation du nickel, la Nouvelle-Calédonie est assurée d’un bel avenir économique. Elle dispose d’associations et d’organisations qui contribuent au rayonnement de la langue française et de la francophonie dans cette région du monde.

Le Centre de rencontres et d’échanges internationaux du Pacifique (CREIPAC), créé en 1980, a vocation d’organiser des stages pour les professeurs de français de la zone Pacifique et pour les étudiants étrangers francisants. L’Institut de la francophonie dans le Pacifique, lancé en 2004, vise à resserrer les liens entre les francophones de l’Océanie, en particulier ceux d’Australie, de Nouvelle-Zélande, des îles Fidji et du Vanuatu. L’Alliance Champlain, fondée en 1985, s’attache à faire respecter l’usage du français et organise des concours, des conférences et des collectes d’ouvrages pour les écoles du Vanuatu. Ajoutons, que le bouquet numérique Canal Sat, avec ses 50 chaînes télé et radio francophones, arrose tout le Pacifique Ouest, de la côte occidentale de l’Australie jusqu’aux îles Fidji, en passant par le Vanuatu.

La Polynésie française

La Polynésie française est aussi un pays d’outre-mer dans la République française. Elle est constituée de cinq archipels qui couvrent une superficie équivalente à celle de l’Europe. Elle compte une population d’environ 270 000 habitants, à 80 % d’origine polynésienne.

Le français est la langue officielle, mais le bilinguisme français-tahitien est pratique courante dans la vie quotidienne. L’économie de la Polynésie est basée principalement sur le tourisme et la culture perlière.

Wallis et Futuna

Wallis et Futuna est un territoire français d’outre-mer constitué de deux îles partagées entre trois royaumes. Peuplé d’à peine 16 000 habitants, l’archipel a connu une forte émigration dans les années 1960 vers la Nouvelle-Calédonie. Si bien que l’on compte aujourd’hui plus de Wallisiens et Futuniens dans ce dernier territoire que dans les îles d’origine.

La population est francophone et la scolarisation est assurée à 100 % en français.

Le Vanuatu
Le Vanuatu, ancien condominium franco-britannique des Nouvelles-Hébrides, a accédé à l’indépendance en 1980 dans un contexte politique qui a fait craindre, un temps, pour l’avenir de sa francophonie.

Le français et l’anglais sont langues officielles et environ 40 % des enfants sont scolarisés en français. La population d’environ 200 000 habitants est essentiellement mélanésienne. L’économie repose sur le tourisme et l’élevage. Le niveau de vie est bas.

Les jeunes Vanuatais sont de plus en plus nombreux à poursuivre leurs études dans les établissements d’enseignement supérieur de Nouvelle-Calédonie. En outre, on estime à 5000 les Vanuatais qui y travaillent.

La francophonie océanienne

En plus de prendre appui sur des pays et territoires francophones, la langue française est aussi présente et enseignée dans les pays anglophones voisins.

En Nouvelle-Zélande, elle est la première langue étrangère enseignée, devant le japonais et l’espagnol. En Australie, le français occupe une place importante dans l’enseignement, mais la concurrence des langues asiatiques s’y fait sentir. Bon nombre d’Australiens, surtout parmi les immigrés originaires d’Europe, d’Asie ou d’Afrique, ont une bonne maîtrise du français. Les Calédoniens sont nombreux à passer leurs vacances à Sydney et sur la Gold Coast australienne.

Le français est enseigné aux îles Fidji et en Papouasie-Nouvelle-Guinée, mais de façon plus marginale. Il faut louer le travail admirable accompli par les alliances françaises, au nombre d’une trentaine en Australie et d’une douzaine en Nouvelle-Zélande, sans compter celles implantées dans les autres pays de l’Océanie.

Enfin, soulignons que le français jouit du statut de langue officielle au même titre que l’anglais dans diverses organisations internationales océaniennes. C’est le cas de la Communauté du Pacifique, dont le siège est établi à Nouméa (Nouvelle-Calédonie), du Festival des arts du Pacifique et des Jeux du Pacifique.

Répondre

Retourner vers « L'observatoire de la francophonie »