Origine de l'accent québécois

Image Image Image Image Image Image Image Image Image Découvrons la francophonie vécue par les amis francophones du forum et son actualité
Répondre
Avatar du membre
jazzygirlqc
Conseil Régional
Conseil Régional
Messages : 11385
Enregistré le : mar. 30 janv. 07, 13:10
Localisation : Bassan, France

Re: Origine de l'accent québécois

Message par jazzygirlqc » jeu. 15 mars 12, 15:59

J'ai des sanglots dans la gorge....cher René, tu nous manques ! :coeur5:

Avatar du membre
Jihelge
Conseil Général
Conseil Général
Messages : 6355
Enregistré le : mer. 23 déc. 09, 12:54
Localisation : La Réunion
Contact :

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jihelge » jeu. 15 mars 12, 16:08

C'est p't'être justement parceque le Québec est riche et plus vivable que le reste qu'il ne parvient pas à avoir son indépendance.

Ce que regrète le plus c'est qu'aujourd'hui plus personne n'en parle. On dirait que même les jeune se sont désespéré et lassés du combat car il n'y a plus le vieux vignault pour pousser, des lévesques pour se battre.

Où sont les révolutionnaires qui font avancer les choses ? :pleurs!
On ne voit bien qu'avec le cœur, l'essentiel est invisible pour les yeux

Avatar du membre
Jadee
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2892
Enregistré le : sam. 21 janv. 12, 16:59
Localisation : Québec

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jadee » jeu. 15 mars 12, 16:18

Hélas personne, non mais personne n'a jamais eu de discours aussi cohérent ! Irremplacé |Image
Modifié en dernier par Jadee le mar. 20 mars 12, 18:35, modifié 1 fois.
« L'amitié est un trésor qui ne s'achète pas, mais que l'on donne sans compter.»

Avatar du membre
jazzygirlqc
Conseil Régional
Conseil Régional
Messages : 11385
Enregistré le : mar. 30 janv. 07, 13:10
Localisation : Bassan, France

Re: Origine de l'accent québécois

Message par jazzygirlqc » jeu. 15 mars 12, 16:23

Jadee a écrit :Image

Hélas personne, non mais personne n'a jamais eu de discours aussi cohérent ! Irremplacé |Image
passe-moi un mouchoir, siouplait... :pleurs!

Avatar du membre
Jadee
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2892
Enregistré le : sam. 21 janv. 12, 16:59
Localisation : Québec

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jadee » jeu. 15 mars 12, 16:27

ImageImageImage
« L'amitié est un trésor qui ne s'achète pas, mais que l'on donne sans compter.»

Avatar du membre
jazzygirlqc
Conseil Régional
Conseil Régional
Messages : 11385
Enregistré le : mar. 30 janv. 07, 13:10
Localisation : Bassan, France

Re: Origine de l'accent québécois

Message par jazzygirlqc » jeu. 15 mars 12, 16:32

Jihelge a écrit :C'est p't'être justement parceque le Québec est riche et plus vivable que le reste qu'il ne parvient pas à avoir son indépendance.

Ce que regrète le plus c'est qu'aujourd'hui plus personne n'en parle. On dirait que même les jeune se sont désespéré et lassés du combat car il n'y a plus le vieux vignault pour pousser, des lévesques pour se battre.

Où sont les révolutionnaires qui font avancer les choses ? :pleurs!
En fait, depuis qu'on s'est fait ''crossé'' par Trudeau, et qu'un complot fédéraliste s'est organisé afin de faire grimper le ''non'' à la question référendaire ''si on voulait d'un Québec souverain''...les québécois ont gardé un goût amer de la politique. Et, comme nous n'avons plus de chefs aussi charismatique que René Lévesques, les partisans ont du mal à se regrouper autour du parti québécois actuel et perdent de plus en plus leur ferveur....écoeurés que nous sommes de constater les magouilles qui indirectement nous font nous méfier de tout l'monde et qui a comme conséquences notre manque d'ardeur à vouloir poursuivre le combat...! :tristoun!

Avatar du membre
Jadee
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2892
Enregistré le : sam. 21 janv. 12, 16:59
Localisation : Québec

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jadee » jeu. 15 mars 12, 16:42

"Un Québec fort dans un Canada uni", :mdr:
« L'amitié est un trésor qui ne s'achète pas, mais que l'on donne sans compter.»

Avatar du membre
Jihelge
Conseil Général
Conseil Général
Messages : 6355
Enregistré le : mer. 23 déc. 09, 12:54
Localisation : La Réunion
Contact :

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jihelge » jeu. 15 mars 12, 17:12

Tu vois en France c'est le contraire si on demande à la totalité de la France voulez vous que la corse soit indépendante.

On est quasiment sur qu'une majorité dirait oui histoire de se débarrasser de ces fouteurs de m...de qui pleurnichent sans arrêt. Mais si tu pose la question aux corses leur première réaction sera de demander s'ils continueront de percevoir les aides de l'Etat et de l'Europe. Parceque je vais te dire en corse les plages sont belles le paysage magnifique le fromage fort et sans les corses c'est un pays merveilleux. Mais voila, y'a les corses.

Ici à La Réunion y ont compris l'indépendance ils n'en veulent pas faut dire qu'ils ont mada, les comores et maurice sous les yeux. Et Mayotte vient de demander son rattachement en tant que département alors .... faut dire qu'ici c'est pas le Québec. On n'est pas auto suffisant, contrairement à vous.

le seul moyen serait de faire une fédération comores-mada-mascareignes. mais alors on n'a pas fini de se taper sur la figure. Et politiquement ce serait le folklore à l'Afriquaine !!!
On ne voit bien qu'avec le cœur, l'essentiel est invisible pour les yeux

Avatar du membre
jazzygirlqc
Conseil Régional
Conseil Régional
Messages : 11385
Enregistré le : mar. 30 janv. 07, 13:10
Localisation : Bassan, France

Re: Origine de l'accent québécois

Message par jazzygirlqc » jeu. 15 mars 12, 17:20

Ben oui toé....un p'tit chausson aux pommes avec ça ? :-)

Pour que nos cousins comprennent mieux notre combat, voici un texte qui exprime clairement (je le pense) la solution qu'il nous faudrait adopter pour atteindre enfin notre autonomie :
"Un Québec fort dans un Canada uni", une lubie

Majoritairement les Québécois n’acceptent pas le Canada constitutionnel de 1982. Ce fait nous est répété ad nauseam.

Renverser cet état de choses de l’intérieur en cherchant plus d’autonomie pour le Québec, vouloir transformer de l’intérieur la Fédération canadienne centralisatrice en une vraie confédération résultant d’une délégation de certains pouvoirs de la part d’États confédérés, sont deux approches vouées à l’échec. Le statu quo constitutionnel est cadenassé. Tout le monde le sait.

À mon avis, il n’y a qu’une solution capable de mobiliser et finalement de satisfaire à la fois aussi bien les indépendantistes et souverainistes que les nationalistes autonomistes ou fédéralistes. Elle consiste, dans un premier temps, à se mettre d’emblée dans une situation de souveraineté ou d’indépendance. Pour cela, pas de permission à demander, pas de négociations préalables avec l’État fédéral. Dans un deuxième temps, si les Québécois le veulent toujours, proposer au reste du Canada, demeuré un seul bloc ou divisé en régions, de constituer avec l’État souverain du Québec une authentique confédération. C’est la seule façon d’être pris au sérieux et de recevoir une écoute de la part du Canada.

Le Canada dit oui, alors les Québécois qui restent toujours attachés au territoire canadien pour des raisons historiques compréhensibles que nous connaissons tous sont plutôt satisfaits. Et les indépendantistes ou souverainistes aussi puisqu’ils sont de fait dans un État souverain avec la maîtrise de leur destin national.

Le Canada dit non, alors tout le monde devrait pouvoir aussi y trouver son compte. Pour les souverainistes et indépendantistes actuels, cela va de soi. Ils ont leur pays. Quant aux nationalistes souverainistes hésitants ou les nationalistes fédéralistes non contents du présent état de choses constitutionnel, ils devraient aussi se sentir libérés d’un carcan qu’ils n’acceptent toujours pas. Fini le quémandage voué à la honte d’un refus ou fin de non recevoir.

Il ne reste plus alors pour tous les Québécois qu’à poursuivre une existence nationale intégralement assumée dans un État souverain parmi d’autres États souverains. La normalité en somme.
(source : http://www.vigile.net/Un-Quebec-fort-dans-un-Canada-uni)

Avatar du membre
Jadee
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2892
Enregistré le : sam. 21 janv. 12, 16:59
Localisation : Québec

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jadee » ven. 16 mars 12, 2:48

La place de René Lévesque dans l'histoire

Image

De tous les chefs qui marquèrent le Québec moderne, nul ne changea la face de l'état autant que René Lévesque. Qu'on soit en accord ou non avec ses objectifs politiques, on ne peut qu'admirer l'intégrité, l'honnêteté, le courage et les qualités de démocrate de cet homme qui gouverna le Québec pendant neuf ans. René Lévesque a atteint un statut mythique depuis son décès. Mais qui était donc cet homme?

En 1960, en réaction au vent de changement qui souffle sur le Québec, il se lance en politique. Il est élu en 1960 sous la bannière libérale de l'équipe Jean Lesage. Lévesque occupera le poste de ministre des Richesses naturelles de 1961 à 66. Il fut un des grands responsables du projet de nationalisation de l'électricité et de la création d'Hydro-Québec et un des acteurs importants de la Révolution tranquille. Dès le début de son mandat, Lévesque refuse systématiquement de se laisser acheter par des compagnies peu scrupuleuses, contrairement à plusieurs de ses prédécesseurs. Par la suite, il participe activement aux modifications de la loi électorale afin d'encadrer les dépenses des partis politiques et des députés


En 1967, Lévesque publie un manifeste d'une vingtaine de pages intitulé «Un pays qu'il faut faire» dans lequel il expose l'essentiel de sa pensée politique

C'est en mars 1970 que le PQ participe à ses premières élections. Il est défait face aux libéraux de Robert Bourassa, mais fait élire ses sept premiers députés, dont Camille Laurin et Claude Charron. Le chef du parti, Lévesque, est défait dans sa circonscription.

Suite à cette défaite, le mouvement clandestin du Front de Libération du Québec passe aux actes. Un diplomate britannique et un ministre libéral sont enlevés et ce dernier est éxécuté. Le 16 octobre, à la demande de Bourassa, le Premier ministre du Canada, Pierre Trudeau, invoque la loi des mesures de guerre et l'armée investit le Québec. Plusieurs centaines de personnes sont arrêtées et perquisitionnées sans mandat, dont plusieurs membres du PQ.

Au congrès du PQ de 1971, Lévesque est réélu à la tête du parti avec une forte majorité. Il menace toutefois de démissionner si les délégués ne reconnaissent pas les droits linguistiques de la minorité anglophone du Québec.

Pendant cette période, la Gendarmerie royale du Canada vole par effraction à Montréal la liste des membres du Parti québécois. On apprendra en 1972 que ce vol faisait suite à une demande du cabinet Trudeau. Belle démonstration de démocratie

La victoire

Aux élections du 15 novembre 1976, à la surprise générale, le PQ prend le pouvoir. René Lévesque, nouveau Premier ministre du Québec, déclare : «Je n'ai jamais pensé que je pourrais être aussi fier d'être québécois» et encore «On n'est pas un petit peuple, on est peut-être quelque chose comme un grand peuple!» C'est l'euphorie dans les rues de Montréal alors que les partisans célèbrent la victoire tant attendue. Le parti a promis de soumettre son option souverainiste par voie référendaire au peuple d'ici la fin de son premier mandat.

Pendant ce premier mandat, le PQ est l'auteur de plusieurs changements importants. La loi dont Lévesque demeurera le plus fier, est celle concernant le financement des partis politiques

Au plan social, René Lévesque adopte plusieurs réformes. Grâce à lui, les allocations familiales augmentent, un système national d'adoption est mis sur pied, les assistés sociaux obtiennent une assistance médicale gratuite et le programme d'aide aux familles monoparentales est bonifié. L'entrée en vigueur de l'assurance-automobile marque un tournant pour des milliers d'automobilistes incapables de s'assurer. Dorénavant, les citoyens seront assurés à moindre coût et libérés des longs et coûteux processus juridiques
« L'amitié est un trésor qui ne s'achète pas, mais que l'on donne sans compter.»

Avatar du membre
Jadee
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2892
Enregistré le : sam. 21 janv. 12, 16:59
Localisation : Québec

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jadee » ven. 16 mars 12, 3:03

René Lévesque ( suite )

La loi 101

Certainement une des lois les plus importantes de René Lévesque est sa loi linguistique (la loi 101) et la Charte de la langue française. Cette initiative, en plus de faire du français la langue officielle du Québec, prend des mesures pour encourager la francisation des entreprises, l'obligation pour la majorité des enfants de fréquenter l'école française et celle pour les commerces d'afficher en français. Ces mesures importantes redonnent à la majorité francophone, si longtemps dominée par une minorité anglophone, l'impression d'être chez eux au Québec.

Le référendum

Mais d'abord et avant tout, Lévesque prépare le référendum. Il base son projet souverainiste sur le principe de l'égalité des peuples. Pour lui, les Québécois forment un peuple, ni mieux ni pire que le peuple Canadien anglais, mais certainement distinct de ce dernier. Il emprunte l'approche modérée, expliquant que le référendum ne donne au gouvernement qu'un «mandat pour négocier» la souveraineté du Québec et l'association de celui-ci au Canada. La véritable souveraineté, elle, ne se ferait qu'après un second référendum.

Ses adversaires politiques, eux, ne reculent devant rien. Le camp du NON, avec à sa tête Pierre Trudeau, Jean Chrétien et Claude Ryan, mène une véritable campagne de peur qui effraiera bien des gens. Parmi leurs menaces les plus célèbres, citons celle destinée aux personnes âgées : «Vous perdrez vos chèques de pension» et celles qui prédisaient une hausse phénoménale du coût de la vie et du pétrole. «On pourra plus mettre de gaz dans nos chars» pour citer Jean Chrétien. Un film de Louis Arcand couvre très bien cette période, il s'agit du long-métrage «Le confort et l'indifférence» que je vous recommande de voir.

Le 20 mai 1980, c'est le référendum. Une majorité d'environ 60% des Québécois vote NON au projet de Lévesque. Il cache très mal sa profonde et douloureuse déception lorsqu'il se présente devant la foule qui l'acclame pendant de longues minutes. En réaction à cet accueil, il déclare : «Si je vous ai bien compris, vous êtes en train de dire: à la prochaine fois». Il dénonce les méthodes bien peu reluisantes de ses adversaires avant d'ajouter «j'ai confiance qu'un jour, il y a un rendez-vous normal avec l'histoire que le Québec tiendra et j'ai confiance qu'on sera là, ensemble, pour y assister.»

Malgré cette défaite, le PQ remporte les élections générales du 13 avril 1981. Lévesque promet de ne pas tenir de second référendum et décide de donner sa chance au Canada. Il multiplie les efforts pour impliquer les Anglo-québécois dans son parti et son projet, sans trop de succès.

La «réforme» promise par Trudeau n'est pas celle qu'on espérait. Le Premier ministre canadien organise le rapatriement de la constitution canadienne, et invite tous les Premiers ministres provinciaux à venir négocier certains points avant de la signer. Le 5 novembre 1981, tous les Premiers ministres rencontrent secrètement Trudeau pour signer la nouvelle constitution. Lévesque l'apprend le lendemain matin, et quitte Ottawa, furieux. On a baptisé cette nuit fatidique la «Nuit des longs couteaux». À ce jour, le Québec n'a toujours pas signé cette dernière version de la constitution canadienne.

Le 19 novembre 1984, dans une lettre adressée aux militants du Parti québécois, René Lévesque souligne que la souveraineté ne doit être l'enjeu de la prochaine élection «ni en totalité, ni en partie». La souveraineté devrait, selon René Lévesque, rester la suprême police d'assurance du peuple. Cette décision provoque une vague de mécontentement et de démissions. Plusieurs ministres et députés quittent le parti, dont Jacques Parizeau, Camille Laurin et Louise Harel.

Le 20 juin 1985, faisant face à trop d'opposition au sein de son propre parti, René Lévesque remet sa démission comme président du Parti québécois. Il quitte sa charge de Premier ministre le 3 octobre.


En 1987, il anime à CKAC l'émission «Point de vue sur l'actualité» ainsi que deux émissions spéciales à Télé-Métropole à l'occasion du sommet de la francophonie. Il profite aussi de sa retraite pour voyager à travers l'Europe et rédiger ses mémoires dans un livre intitulé «Attendez que je me rappelle». À la consternation générale, on apprend le décès de René Lévesque le premier novembre 1987, à l'âge de 65 ans. Il est inhumé à Sillery, dans le cimetière Saint-Michel, le 5 novembre. Félix Leclerc, un de nos plus grands poètes, écrira de lui: "La première page de la vraie histoire du Québec vient de se terminer. Dorénavant, il fera partie de la courte liste des libérateurs de peuples."

L'héritage de René Lévesque est encore bien présent aujourd'hui. Grâce à lui, la souveraineté du Québec qui était un objectif lointain et qui paraissait impossible à atteindre, est devenu une possibilité à la portée de tous. C'est avec lui que les Québécois ont déclaré haut et fort qu'ils ne constituaient pas seulement une minorité de plus au sein du Canada, mais peut-être quelque chose… comme un grand peuple.

http://www.republiquelibre.org/cousture/LEVESQUE.HTM
« L'amitié est un trésor qui ne s'achète pas, mais que l'on donne sans compter.»

Avatar du membre
Jadee
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2892
Enregistré le : sam. 21 janv. 12, 16:59
Localisation : Québec

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jadee » ven. 16 mars 12, 10:49

LE PLUS BEAU VOYAGEde Claude Gathier interprété par DouceRebelle

http://www.youtube.com/watch?v=cZfnNMnfw4w[/video]

La crise d'Octobre

Claude Gauthier: À cause du Grand six pieds?


Claude Gauthier vivait rue Hampton, à Notre-Dame-de-Grâce, avec sa femme Suzanne et leur fils de 3 ans quand, dans la nuit du 16 octobre, ils ont été réveillés par un effro­yable tapage. Trois policiers en uniforme sonnaient à la porte d'en avant pendant que trois policiers en civil portant des mitraillettes coupées sous leur imper cognaient de toutes leurs forces en arrière.

«À 1 h du matin quand t'es à moitié endormi et que tu vis dans un pays relativement paisible qui n'a pas connu la guerre, ça fait tout un choc», raconte l'auteur-compositeur-interprète. Pendant que les policiers se mettaient à fouiller dans les placards et les tiroirs, à lui confisquer Le Petit Livre Rouge de Mao, qualifié de littérature subversive et à prendre son étui de guitare pour un étui de mitraillette, Claude Gauthier a eu un flash. Je sais pourquoi vous êtes ici, a-t-il lancé aux flics. C'est à cause du Grand six pieds, non ? Sa question a été accueillie par un silence perplexe. De toute évidence, les flics n'avaient jamais entendu la ballade du grand six pieds, un bûcheron «de nationalité québécoise française» qui finit par tuer son «patron de tête anglaise». Les policiers sont repartis au bout d'une demi-heure.

Six mois plus tard, en roulant une nuit vers Mont-Laurier, des mots se sont mis à jaillir de la bouche de Claude Gauthier comme des oiseaux depuis trop longtemps retenus en cage. «Je suis de janvier sous zéro. Je suis d'Amérique et de France. Je suis d'octobre et d'espérance. Je suis Québec mort ou vivant!» Arrivé chez ses parents à Mont-Laurier, Gauthier s'est mis au piano. La mélodie du Plus beau voyage a coulé sous ses doigts, donnant naissance à une des plus émouvantes chansons du répertoire québécois.

Même si Claude Gauthier n'a jamais été un partisan de la violence, il avoue qu'Octobre 70 l'a radicalisé et a fait de lui un artiste plus engagé. «Octobre nous a tous réveillés et même s'il a fallu passer par une certaine noirceur, nous en sommes sortis pour la plupart, plus forts et plus inspirés.»
http://www.cyberpresse.ca/actualites/do ... tistes.php
Chanson originale de Claude Gauthier ici:
http://www.youtube.com/watch?v=YGcmYIUl8Dc
« L'amitié est un trésor qui ne s'achète pas, mais que l'on donne sans compter.»

Avatar du membre
Jihelge
Conseil Général
Conseil Général
Messages : 6355
Enregistré le : mer. 23 déc. 09, 12:54
Localisation : La Réunion
Contact :

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jihelge » ven. 16 mars 12, 11:09

Savez vous que vous êtes patriotiques et très nationalistes !

en France vous seriez considé par toute une gatégories de bien pensants politiment corrects (droite comme de gauche) comme étant d'extrême droite donc racistes.
On ne voit bien qu'avec le cœur, l'essentiel est invisible pour les yeux

Avatar du membre
Jadee
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2892
Enregistré le : sam. 21 janv. 12, 16:59
Localisation : Québec

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jadee » ven. 16 mars 12, 11:38

Jihelge a écrit :Savez vous que vous êtes patriotiques et très nationalistes !

en France vous seriez considé par toute une gatégories de bien pensants politiment corrects (droite comme de gauche) comme étant d'extrême droite donc racistes.
Vous avez dit " extrême droite donc racistes " ?

Le très arrogant, baveux, feu Pierre Eliot-Trudeau a tellement jeté d'huile sur le feu ! Cibole ! Qu'il n'a fait que radicaliser
les gens.

Aujourd'hui il en est autrement,je dois Reconnaître que notre premier ministre Jean,John-James, Charest met la pédale douce.

Vous auriez dû voir sa tronche quand Nicolas Sarkozy a manqué une belle occasion de se taire! :fou:
« L'amitié est un trésor qui ne s'achète pas, mais que l'on donne sans compter.»

Avatar du membre
Jadee
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2892
Enregistré le : sam. 21 janv. 12, 16:59
Localisation : Québec

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jadee » sam. 17 mars 12, 17:49

« L'amitié est un trésor qui ne s'achète pas, mais que l'on donne sans compter.»

Répondre

Retourner vers « L'observatoire de la francophonie »