Origine de l'accent québécois

Image Image Image Image Image Image Image Image Image Découvrons la francophonie vécue par les amis francophones du forum et son actualité
Répondre
Avatar du membre
Jadee
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2892
Enregistré le : sam. 21 janv. 12, 16:59
Localisation : Québec

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jadee » dim. 01 avr. 12, 19:02

La France a oublié... mais, je me souviens

' Mise en Garde à la fin du texte - Histoire d'un des plus grand crime de guerre dont la France s'est rendu coupable. Une population entièrement française abandonné pour quelques canne à sucre et esclaves noirs... (mise en garde: Ce vidéo a été créé afin de narguer des amis français à moi, il contient certaines erreurs historiques, comme le fait que le terme citoyen français n'existait pas à cette époque, etc) '

http://www.youtube.com/watch?v=RXmhzjTr ... re=related[/video]
« L'amitié est un trésor qui ne s'achète pas, mais que l'on donne sans compter.»

Avatar du membre
Jadee
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2892
Enregistré le : sam. 21 janv. 12, 16:59
Localisation : Québec

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jadee » dim. 01 avr. 12, 23:40

Nouvelles a propos des ' couvertures contaminées de la petite vérole données aux indiens ' et autres bien belles choses.

Normand Lester : La commémoration de 1759 - Bataille des Plaines d'Abraham - (2009-01-23)

http://www.dailymotion.com/video/x8hylz ... on-de_news[/video]
« L'amitié est un trésor qui ne s'achète pas, mais que l'on donne sans compter.»

Avatar du membre
jazzygirlqc
Conseil Régional
Conseil Régional
Messages : 11411
Enregistré le : mar. 30 janv. 07, 13:10
Localisation : Bassan, France

Re: Origine de l'accent québécois

Message par jazzygirlqc » lun. 02 avr. 12, 12:31

Il a raison, Lester...avec notre mentalité de ''né pour un p'tit pain'', on est devenu trop accomodant. Il serait temps qu'on fasse disparaître les noms de Colborne, Amherst etc de nos rues et qu'on les remplace par le nom de ceux qui ont fait de ce pays ce qu'il est maintenant devenu dans la sauvegarde de la langue française.

Avatar du membre
Jadee
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2892
Enregistré le : sam. 21 janv. 12, 16:59
Localisation : Québec

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jadee » lun. 09 avr. 12, 4:13

Un Canadien errant

Référence historique

Les couplets d'"Un Canadien errant" n'ont guère d'envolée poétique, et, sur leurs six pieds aux rimes uniformément masuclines, ces pauvres vers n'ont rien de bien extraordinaire. Leur mérite, c'est d'avoir traduit à un moment donné, le sentiment profond de tous les Canadiens patriotes, et c'est cela, sans doute, qui les a rendus si populaires.

**********

La cessation de la Nouvelle-France à la Grande-Bretagne en 1763 par la traité de Paris n'implique pas seulement une séparation profonde, mais une rupture définitive. Tandis que les élites quittent le pays, les loyalistes britanniques affluent vers les colonies canadiennes après l'indépendance américaine (1783) et modifient l'équilibre géopolitique. La Révolution française de 1789 introduira une distance supplémentaire du fait de l'influence de l'Église catholique sur la société canadienne française et l'échec de la rébellion des Patriotes en 1837 installera le Canada français dans une idéologie de la survivance pendant plus d'un siècle. Effectivement la défaite militaire des Patriotes renforce à nouveau le sentiment de perte et d'abandon après un ultime effort de révolte, et le traité d'union de 1840 est considéré comme le "renouvellement de la Conquête" de 1763.

Après l'échec de l'insurrection de 1837, plusieurs Canadiens français durent quitter le pays. En tant qu'écolier Antoine Gérin-Lajoie écrit des petits poèmes et chansonnettes, quand un beau jour d'automne, des hautes fenêtres de la maison nicolétaine, il voit passer au loin, sur le grand fleuve, le sombre bateau qui emporte en exil, vers les États-Unis ou la terre d'Australie, les condamnés politques des troubles de 1837-1838. Emporté par l'émotion et inspirée de l'agitation de la rébellion des patriotes, Antoine Gérin-Lajoie a l'idée de composer quelques couplets, sur un air connu, langoureux et mélancolique, comme pour exhaler la plainte et les misères des exilés.. "La complainte fut composée en moins d'une heure écrivait Benjamin sulte en 1892. Le lendemain, tout le collège retentissait de ses accents. Ce fut une traîne de poudre par tout le Bas Canada. Nos gens vibraient au son de ces paroles empreintes de tristesse, parce que c'était l'expression même de la pensée ou du sentiment populaire."

Se promenant le long d’une rivière qui coule vers le Canada, il demande aux flots de saluer son pays perdu. « J'ai composé cette chanson en 1842 lorsque je faisais ma rhétorique à Nicolet. Je l'ai faite un soir dans mon lit à la demande de mon ami Cyp Pinard qui voulait avoir une chanson sur cet air <Par derrière chez ma tante>... Elle a été publiée en 1844 dans le <Charivari canadien> sous mes initiales (A.G.L.)... » Plusieurs enregistrements sont parus par la suite, notamment ceux de Jacques Labrecque, d'Alan Mills et d'Hèlène Baillargeon, ainsi que par Nana Mouskouri et Leonard Cohen qui ont fait connaître la chanson à l'étranger. Jugeant que les paroles s'adapataient à leur propre situation, les Acadiens l'ont adopté en 1884 comme chant national sur l'air grégorien "Ave Maris stelle", le premier vers devenant "Un Acadien errant". Effectivement on peut prétendre que "Le Canadien errant" met en question le droit de la métropole anglaise d'angliciser tout le Bas-Canada en suspendant la constitution de 1791 par l'Acte d'union en 1840.
http://www.cours-quebec.info/index.php? ... &Itemid=91

http://www.youtube.com/watch?v=ezQSl7Nv_2s[/video]

UN CANADIEN ERRANT

Un Canadien errant,
Banni de ses foyers, (bis)
Parcourait en pleurant
Des pays étrangers. (bis)

Un jour, triste et pensif,
Assis au bord des flots, (bis)
Au courant fugitif
Il adressa ces mots : (bis)

« Si tu vois mon pays,
Mon pays malheureux, (bis)
Va dire à mes amis
Que je me souviens d'eux. (bis)

Ô jours si pleins d'appas
Vous êtes disparus... (bis)
Et ma patrie, hélas!
Je ne la verrai plus! (bis)

Non, mais en expirant,
Ô mon cher Canada! (bis)
Mon regard languissant
Vers toi se portera... » (bis)
« L'amitié est un trésor qui ne s'achète pas, mais que l'on donne sans compter.»

Avatar du membre
Banon
Membre du comité de jumelage
Membre du comité de jumelage
Messages : 4775
Enregistré le : mar. 30 sept. 08, 3:35
Localisation : Longueuil

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Banon » lun. 09 avr. 12, 4:35

Une des rares, sinon la seule chanson que Cohen a chanté en français :

http://www.youtube.com/watch?v=6V-Rth-NKk4[/video]
Dentelles

Avatar du membre
Jadee
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2892
Enregistré le : sam. 21 janv. 12, 16:59
Localisation : Québec

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jadee » lun. 09 avr. 12, 4:44

Oui, et ce n'est pas sa meilleure chanson. !siffle!

Assez paradoxalement, cette chanson ( patriotique ) a été reprise presqu'exclusivement par des anglophones. :yonose:

Ya que Nana qui la rend bien... :roll:
« L'amitié est un trésor qui ne s'achète pas, mais que l'on donne sans compter.»

Avatar du membre
Jadee
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2892
Enregistré le : sam. 21 janv. 12, 16:59
Localisation : Québec

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jadee » mar. 10 avr. 12, 14:20

un pays ça se chante....

http://www.youtube.com/watch?v=3wnsHWvwUwI[/video]
« L'amitié est un trésor qui ne s'achète pas, mais que l'on donne sans compter.»

Avatar du membre
Jadee
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2892
Enregistré le : sam. 21 janv. 12, 16:59
Localisation : Québec

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jadee » mer. 11 avr. 12, 10:57

La séparation de la province de Québec.....en deux

Image

La création du Haut-Canada et du Bas-Canada (1791)

En plus de la création de deux nouvelles colonies, le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Cap-Breton, l'afflux des loyalistes en Amérique du Nord britannique provoqua la création d'une troisième colonie en 1791: le Haut-Canada, issu de la séparation de la province de Québec en deux colonies distinctes. C'est l'Acte constitutionnel (on dirait aujourd'hui Loi constitutionnelle) de 1791, qui officialisa la création des deux colonies: le Haut-Canada à l'ouest (ou Upper Canada) et le Bas-Canada à l'est (Lower Canada).

Le gouvernement britannique n'avait pas eu d'autre choix, pour obtenir la fidélité des loyalistes établis au Québec, que de diviser la province. Il faut dire aussi que les anglophones de l'Ouest et les francophones de l'Est commençaient à être à couteaux tirés.

Dans l'espoir de mettre fin aux luttes entre francophones et anglophones, le secrétaire d'État aux colonies (le Colonial Office), Lord Grenville, avait présenté au Parlement britannique un projet de loi qui divisait la «Province of Quebec» d'après un clivage ethnique en créant deux colonies distinctes: le Haut-Canada à l'ouest (ou Upper Canada) et le Bas-Canada à l'est (Lower Canada). De cette façon, le gouvernement britannique contentait tout le monde. D'une part, il ralliait les Canadiens français à sa cause, car la menace d'une guerre avec les États-Unis demeurait toujours présente (elle éclatera en 1812). D'autre part, le gouvernement créait une enclave réservée aux loyalistes afin que les fidèles sujets de Sa Majesté, massivement anglicans et anglophones, ne puissent plus souffrir des revendications de la majorité française et catholique. Enfin, la création de la nouvelle colonie à l'ouest du Québec fermait toute possibilité d'expansion des francophones vers le «pays d'en haut», dorénavant appelé le Haut-Canada.

La colonie anglaise du Haut-Canada et les Cantons-de-l'Est du Bas-Canada devaient être régis par le droit coutumier anglais et une assemblée parlementaire. La province francophone, pour sa part, devait conserver la forme de gouvernement décrétée par l'Acte de Québec. C'est le gouvernement britannique qui avait décidé, contre la volonté du gouverneur Carleton (devenu lord Dorchester), de diviser ainsi la province de Québec, car il avait estimé que c'était le meilleur moyen de satisfaire les intérêts à la fois des loyalistes et des Canadiens français. La «Province of Quebec» avait cessé d'exister pour faire place au Bas-Canada.

Les sept colonies de l'Amérique du Nord britannique (le Bas-Canada, le Haut-Canada, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick, Terre-Neuve, l'Île-Saint-Jean et l'Île-du-Cap-Breton) comptaient à la toute fin du XVIIIe siècle quelque 390 000 habitants, à l'exclusion des autochtones. Outre les 200 000 descendants des colons français de la vallée du Saint-Laurent (devenue le Bas-Canada), on dénombrait 140 000 Britanniques, dont 70 000 dans les Maritimes, 25 000 dans chacun des Canadas et environ 20 000 à Terre-Neuve. Dans l'Ouest, une région encore peu connue, on pouvait probablement compter quelque 40 000 personnes. Il reste maintenant à voir comment les habitants du Bas-Canada et du Haut-Canada vécurent les débuts difficiles de la dualité linguistique.
http://www.salic-slmc.ca/showpage.asp?f ... emenu=true
Modifié en dernier par Jadee le lun. 24 juin 13, 13:02, modifié 1 fois.
« L'amitié est un trésor qui ne s'achète pas, mais que l'on donne sans compter.»

Avatar du membre
Jadee
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2892
Enregistré le : sam. 21 janv. 12, 16:59
Localisation : Québec

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jadee » jeu. 12 avr. 12, 16:18

Image Fête nationale - la Saint-Jean-Baptiste 24 juin

À chaque année, le 24 juin, les Québécoises et les Québécois se réunissent pour fêter entre amis leur fête nationale, la Saint-Jean-Baptiste. C'est un moment privilégié pour célébrer notre identité, notre fierté de ce que nous étions, de ce que nous sommes et de ce que nous rêvons de devenir. Mais quelle est donc l'origine de cette fête?

La fête prend ses origines il y a plus de 2000 ans, dans l'Europe pré-chrétienne. Elle était originellement la célébration païenne du solstice d'été. Au début, cette fête se célébrait le 21, mais avec l'arrivée du christianisme, on l'a facilement assimilée à la fête de Saint-Jean Baptiste, le 24. En effet, les deux fêtes font référence au symbole de "la lumière"; le soleil du solstice d'été et St-Jean qui ouvre la voie à la lumière; Jésus-Christ. Les anciens allumaient un grand feu le soir en l'honneur du soleil, et cette tradition s'est perpétuée dans l'ère chrétienne.

Avant la révolution française, la St-Jean Baptiste était une fête très populaire en France. Dans la nuit du 23 au 24 juin à Paris, le roi de France lui-même allumait le feu de la Saint-Jean. Une fois en terre d'Amérique, les Français continueront de souligner cet événement: les "Relations des Jésuites" font allusion à cette coutume dès 1636. Le 24 juin de cette année-là, le gouverneur de Québec, monsieur de Montmagny, fit tirer cinq coups de canon. Les premiers feux de la Saint-Jean en Nouvelle-France datent de 1638. Cette pratique fut amenée sur les rives du Saint-Laurent par les premiers colons venus de France. Les feux étaient accompagnés de danses et de chants.

Au début, Saint-Joseph avait été désigné protecteur du nouveau pays (un peu comme le Saint-Patrick des Irlandais). Mais cette fête est en mars et le climat québécois se prête moins bien à la fête que celui de la fin du mois de juin. La Saint-Jean est donc devenue plus populaire pour des raisons bien pratiques. De nos jours, la fête a perdu son sens religieux, mais elle a gardé le nom.

C'est Ludger Duvernay, patriote et fondateur de la Société Saint-Jean-Baptiste, qui a le premier, en 1834, fait de la Saint-Jean une fête patriotique. Duvernay souhaitait unir les Canadiens de l'époque dans un même sentiment national qui conduirait à une réforme politique. Il choisit le jour le la Saint-Jean-Baptiste pour convier une soixantaine de personnes francophones et anglophones à un banquet où l'on discuta de l'avenir du peuple canadien et de la façon de gouverner le pays. À partir de ce moment, la fête traditionnelle française devient fête patriotique du peuple du Québec.


À la fin du XIXième siècle, des célébrations à grands déploiement viennent s'ajouter aux traditionnels feux de joie. À Québec et à Montréal, les défilés et les décorations prennent des allures impressionnantes. Bannières, fanfares, chars allégoriques et arcs-de-triomphe décorés de drapeaux et de banderoles deviennent parties intégrantes de la fête. C'est le 24 juin 1880 que les Québécois entendent et chantent pour la première fois ce qui est à l'époque l'hymne national du Canada français: «Ô Canada». La fête demeure toutefois profondément religieuse. En 1908, le pape Pie X proclame officiellement Saint-Jean-Baptiste patron de la nation canadienne-française. Ainsi, dans chaque défilé de 1842 à 1963, on retrouvait un jeune garçon aux cheveux bouclés qui personnifiait Saint-Jean accompagné d'un mouton.

En 1925, la législature de Québec déclare le 24 juin congé férié. En 1948, le drapeau fleurdelysé est consacré officiellement drapeau du Québec et vient se substituer au Union Jack britannique. Les défilés de la Saint-Jean adoptent des thèmes qui célèbrent la grandeur du peuple et de ses héros.

Avec la révolution tranquille des années 60, l'aspect religieux de la fête s'estompe et les festivités deviennent patriotiques. De grands concerts populaires sont organisés où les gens sont invités à venir entendre les chanteurs les plus populaires du Québec. Ces spectacles ont lieu sur les Plaines d'Abraham à Québec et sur le Mont Royal à Montréal (ils se déplaceront par la suite au Parc Maisonneuve).

À la fin des années 70, la fête devient nettement politique. Les chefs de partis souverainistes se mêlent aux festivités et à la parade et l'indépendance nationale devient le centre de la fête. Puis, après le référendum de 1995, la fête prend une autre tournure. On y invite les différentes communautés culturelles du Québec à se joindre à la majorité d'origine française pour célébrer un Québec nouveau où chacun trouve sa place. La parade de la Saint-Jean moderne se marche aux sons de la musique antillaise, des cornemuses écossaises et des mélodies traditionnelles québécoises. Comme par le passé, cette fête aux origines ancestrales a su une fois de plus s'adapter aux nouvelles réalités du Québec contemporain. Une chose est toutefois demeurée inchangée: tout le monde a du plaisir à la tonne!
http://www.republiquelibre.org/cousture/STJEAN.HTM
« L'amitié est un trésor qui ne s'achète pas, mais que l'on donne sans compter.»

Avatar du membre
Jadee
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2892
Enregistré le : sam. 21 janv. 12, 16:59
Localisation : Québec

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jadee » jeu. 12 juil. 12, 13:31

kkkanada...l' histoire du québec

http://www.youtube.com/watch?v=PnXFdw4X ... ure=g-vrec[/video]

On nage dans la joie ! :mdr:
« L'amitié est un trésor qui ne s'achète pas, mais que l'on donne sans compter.»

Avatar du membre
jazzygirlqc
Conseil Régional
Conseil Régional
Messages : 11411
Enregistré le : mar. 30 janv. 07, 13:10
Localisation : Bassan, France

Re: Origine de l'accent québécois

Message par jazzygirlqc » jeu. 12 juil. 12, 14:28

Du grand Chapleau ! :serviteur:
Image
:mdr: :tiptop:

Avatar du membre
Jadee
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2892
Enregistré le : sam. 21 janv. 12, 16:59
Localisation : Québec

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jadee » jeu. 12 juil. 12, 18:38

[img]
« L'amitié est un trésor qui ne s'achète pas, mais que l'on donne sans compter.»

Avatar du membre
Jadee
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2892
Enregistré le : sam. 21 janv. 12, 16:59
Localisation : Québec

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jadee » mar. 28 août 12, 8:19

René Lévesque doit se retourner dans sa tombe en voyant ce qu'est devenu son parti en 2012 !

http://www.youtube.com/watch?v=T63HXs7B2GU[/video]

Image Image Image

( P.s. Il manque des posts dans ce fil :yonose: )
« L'amitié est un trésor qui ne s'achète pas, mais que l'on donne sans compter.»

Avatar du membre
Jadee
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2892
Enregistré le : sam. 21 janv. 12, 16:59
Localisation : Québec

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jadee » mer. 29 août 12, 15:32

René Lévesque explique le Québec aux Français

http://www.youtube.com/watch?v=albpd0FCE7w[/video]

On a dit que René Lévesque avait la phrase longue, comme le général de Gaulle et Mitterand. Idem en anglais, faut le faire !
« L'amitié est un trésor qui ne s'achète pas, mais que l'on donne sans compter.»

Avatar du membre
Jadee
Médaille d'honneur
Médaille d'honneur
Messages : 2892
Enregistré le : sam. 21 janv. 12, 16:59
Localisation : Québec

Re: Origine de l'accent québécois

Message par Jadee » lun. 07 janv. 13, 23:24

Image

Antony Kavanagh: "Le Québec est une méritocratie, la France reste une aristocratie"

L'Express a rencontré Antony Kavanagh. Deux heures d'échanges hauts en couleur, où le comique s'amuse à renverser tabous et préjugés. Et livre ses conseils aux Français tentés par l'émigration.

http://www.lexpress.fr/emploi-carriere/ ... 31069.html

Un point de vue assez intéressant pour être lu. :yes:
« L'amitié est un trésor qui ne s'achète pas, mais que l'on donne sans compter.»

Répondre

Retourner vers « L'observatoire de la francophonie »